A state of crisis in North-East Asia – The North Korea issue
A state of crisis in North-East Asia – The North Korea issue by ROUSSET Pierre The Korean crisis has gone from chronic to acute since the election of Donald Trump to the presidency of the United States. Against a bac
Battre Le Pen dans les urnes et dans la rue!
Battre Le Pen dans les urnes et dans la rue! Par Michael Lowy Le mot d'ordre proposé par certains camarades, "Pas un seul vote pour Marine Le Pen", n'est pas suffisant. On peut "ne pas voter" MLP en votant blanc ou en
PROGRAM - REGISTRATION - 5th CADTM Europe Summer School
Choosing is defiance ! 5th CADTM Europe Summer School PROGRAM and REGISTRATION by CADTM Belgium Save the dates and sign up here ! From Friday 30th of June to Sunday 2nd of July, the 5th CADTM Europe Summer School w
The Serbian Left’s Next Move
The Serbian Left’s Next Move After Aleksandar Vučić’s questionable election victory, Serbian radicals have a rare opening. by Pavle Ilić* Like most recent elections, this spring’s presidential campaign in
Serbie: un mouvement inédit de protestation menace l’«autocrate» Vučić
Serbie: un mouvement inédit de protestation menace l’«autocrate» Vučić Par Jean-Arnault Dérens et Philippe Bertinchamps (Mediapart) Depuis une semaine, le mouvement de protestation ne cesse de s’étendre, pre
Présidentielle 2017 : l’élection de toutes les surprises ?
Présidentielle 2017 : l’élection de toutes les surprises ? – « La clé est dans l’ampleur du vote Mélenchon » par MARTELLI Roger Jusqu’à ce jour, les péripéties de l’élection présidentielle auro
French presidential election: factory worker Poutou emerges as star of TV debate
French presidential election: factory worker Poutou emerges as star of TV debate by WILLSHER Kim The 11 presidential candidates faced off in a live televised debate, with anti-capitalist Poutou goading rivals over thei
Release of Arctic Methane
Release of Arctic Methane "May Be Apocalyptic," Study Warn By Dahr Jamail, Truthout | Report On a lake, plumes of gas, most likely methane from the breakdown of carbon in sediments below the lake, keep the water fro
The Dutch elections: Very little reason to celebrate
The Dutch elections: Very little reason to celebrate by Mathijs van de Sande This is ridiculous. Avaaz is circulating a petition to thank the "Dutch people" (whoever that may be) for "choosing hope, unity, and dialogue
Amériques latines, entre reflux des progressismes et expériences alternatives
Amériques latines, entre reflux des progressismes et expériences alternatives par Franck Gaudichaud Les retours revanchards de néolibéraux aux gouvernements de certains pays d’Amériques latines remettent-ils en
Don’t blame Corbyn for the sins of Blair, Brown and New Labour
In Britain, after byelections in Stoke and Copeland: Don’t blame Corbyn for the sins of Blair, Brown and New Labour By Ken Loach In the parts of Britain that have been left to rot, people support Jeremy Corbyn’s p
« Pour une critique de la violence » de Walter Benjamin – Histoire, droit, violence, État
« Pour une critique de la violence » de Walter Benjamin – Histoire, droit, violence, État 2000, par BENSAÏD Daniel Voici rassemblés divers essais de Walter Benjamin, parmi lesquels, le douloureux Franz Kafka, m
Podemos: Avon Barksdale se impuso a Stringer Bell
Tras Vistalegre II Podemos: Avon Barksdale se impuso a Stringer Bell por Josep Maria Antentas “...ellos no comprenden la utilidad inmensa de la diversidad de las doctrinas. Cada matiz, cada escuela tiene su misió
 Grèce: l’effondrement à bas bruit de tout un pays
 Grèce: l’effondrement à bas bruit de tout un pays  Par Martine Orange (Mediapart)* La crise grecque est toujours là. Les responsables européens et le FMI ont lancé un nouvel ultimatum à Alexis T

Αναζήτηση

Battre Le Pen dans les urnes et dans la rue!

Par Michael Lowy

2017 05 03 01 Michael LowyLe mot d'ordre proposé par certains camarades, "Pas un seul vote pour Marine Le Pen", n'est pas suffisant. On peut "ne pas voter" MLP en votant blanc ou en s'abstenant, en allant à la pêche, etc. On ne vote pas pour elle, mais on ne fait rien pour l'empêcher d'être élue... Si on veut vraiment la battre, il faut mettre un bulletin avec le nom de son rival.

"Battre le Pen dans les urnes et dans la rue !" : ce fut, en 2002, le mot d'ordre de la Ligue communiste révolutionnaire, au moment d'un deuxième tour opposant Jean-Marie Le Pen à Jacques Chirac. Pourquoi ne serait-il pas valide en 2017, dans ce  deuxième tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Marcron ? Est-ce que la fille est moins dangereuse que le père ? Est-ce que Macron est plus à droite que Chirac ? Ou est-ce que la LCR de 2002 manquait de fibre révolutionnaire ?

Je comprends parfaitement la dégoût des militants de la gauche radicale et/ou anticapitaliste pour Emmanuel Macron: il incarne tout ce que nous détestons : l'arrogance du banquier "modernisateur", la soumission aux intérêts du capital financier, l'intention affichée de continuer avec toutes les misérables politiques néo-libérales. Bref, une continuation, en pire, du désastreux quinquennat de François Hollande. Mais nous n'avons pas choix: si nous voulons faire barrage à Marine Le Pen,  il faut voter pour l'autre candidat.

Le mot d'ordre proposé par certains camarades, "Pas un seul vote pour Marine Le Pen" n'est pas suffisant. On peut "ne pas voter" MLP en votant blanc, ou en s'abstenant, allant à la pêche, etc. On ne vote pas pour elle, mais on ne fait rien pour l'empêcher d'être élue... Si l'on veut la battre, il faut mettre un bulletin avec le nom de son rival.

Personne, ou très peu de gens dans la gauche de la gauche, pense que MLP et EM sont équivalents, "blanc bonnet et bonnet blanc", comme on disait en 1969 face au choix Pompidou vs. Poher. Pourquoi alors le refus de voter Macron ?

Parce que, répondent certains, il sera élu de toute façon, il n'a pas besoin de notre vote. Cet argument me semble problématique à plusieurs égards :

-  C'est un peu comme si l'on disait: " nous on ne se salit pas les mains en votant Macron, d'autres feront ce sale travail pour nous, nous on garde notre pureté…".  C'est parfaitement incohérent.

 -  Une victoire de Le Pen est peu probable, mais pas impossible. L'éléction de Trump montre la possibilité de ce genre de surprises désagréables et imprévues.

Si la gauche décide de s'abstenir, si la droite se divise au milieu, et si les Dupont-la-Joie soutiennent MLP, elle serait majoritaire.

Derrière le refus de choisir se cache une sérieuse sous-estimation de ce que signifie le Front National.  Est-ce possible que l'escroquerie de la "dé-diabolisation" a contaminé une partie de la gauche radicale ? J'ai du mal à le croire.

Le FN n'est pas un parti bourgeois comme les autres. Certes, il a un programme bourgeois, au service du capital ("national"), mais c'est un parti d'extrême droite, raciste et autoritaire. Et, surtout, c'est un courant politique qui a des racines profondes dans le fascisme français, celui de Vichy et de la collaboration, et celui, colonialiste, de l'OAS. Plusieurs de ses cadres sont, comme l'ont montré les recherches de journalistes de "Mediapart", des fascistes avoués, issus du GUD ou d'Occident, et certains sont même des néo-nazis. Que resterait-il de la démocratie en France en cas de victoire du FN ? Quel type de répression va tomber sur les grèves, les manifestations, les occupations ? Assistera-t-on à des pogroms contre les refugiés, les immigrants, les sans papiers, les Rroms, les musulmans ?  Une fois la peine de mort rétabli, qui seront les gens guillotinés ? Je ne sais pas la réponse à ces questions, mais je prefère ne pas avoir à goûter aux surprises d'une France lépéniste...

Voter pour Emmanuel Macron ne relève d'aucun "Front Républicain": il est notre ennemi, et une fois élu, notre principal objectif sera de la déstabiliser et neutraliser - par un troisième tour social. Dès le 8 mai, nous nous occuperons de lui !

Bien évidemment, Macron ne constitue pas un rempart durable contre le FN : il faut une mobilisation antifasciste dans la durée au quotidien, en construisant un large front unitaire du mouvement ouvrier et de la jeunesse contre le racisme et le FN.

Battre Le Pen dans les urnes et dans la rue: c'était juste en 2002 et cela reste juste en 2017 !

scroll back to top