Russia: Repudiation of debt at the heart of the revolutions of 1905 and 1917
Part 1 of the Series: Centenary of the Russian Revolution and the Repudiation of Debt Russia: Repudiation of debt at the heart of the revolutions of 1905 and 1917 by Eric Toussaint February 23, 1917: Womens protest in
“Si yo fuese catalán no tendría más remedio que votar sí a la independencia” (Entrevista a Jaime Pastor)
“Si yo fuese catalán no tendría más remedio que votar sí a la independencia” (Entrevista a Jaime Pastor) Josep Casulleras Nualart [Texto original en catalán: http://www.vilaweb.cat/noticies/jaime-pastor-si-jo-
Despotism, neoliberalism and climate change: Morocco's catastrophic convergence
Despotism, neoliberalism and climate change: Morocco's catastrophic convergence By Jawad Moustakbal Claims of Morocco's exceptionalism during the Arab Spring now ring hollow as protests spread in the face of elite poli
Mélenchon, France insoumise, populisme : questions sur la séquence électorale 2016-2017 et ses implications
Mélenchon, France insoumise, populisme: questions sur la séquence électorale 2016-2017 et ses implications par ROUSSET Pierre Cette contribution a été écrite pour la Sozialistische Zeitung (SOZ), mensuel publié
Spain: The Municipal Network against Illegitimate Debt held a second successful meeting in Cadiz
Spain: The Municipal Network against Illegitimate Debt held a second successful meeting in Cadiz by Jérôme Duval , Fátima Martín The Municipal Network Against Illegitimate Debt and Fiscal Cuts is expanding to the l
Jeremy Corbyn's historic speech at Glastonbury festival
Jeremy Corbyn's historic speech at Glastonbury festival (video) A triumphant Jeremy Corbyn delivered a rousing, call-to-arms speech at Glastonbury on Saturday. Addressing the huge crowd – one of the festival’s bigge
Middle East: What’s at stake in the crisis over Qatar?
Middle East: What’s at stake in the crisis over Qatar? by ACHCAR Gilbert A brewing conflict among the rulers of the Persian Gulf region reached a crisis stage in early June when Saudi Arabia led other countries o
Maroc: ​Manifestation de soutien à Rabat avec les soulèvements du Rif (video  Attac)
Maroc: ​Manifestation de soutien à Rabat avec les soulèvements du Rif (video  Attac)
Nawel Ben Aissa, une voix vive du Rif
Nawel Ben Aissa, une voix vive du Rif par Omar Aziki , Nawel Ben Aissa Le Maroc vit actuellement une vague de protestation sociale très large initiée par le mouvement de contestation populaire dans le Rif au nord du
Maroc: Appel pour le Rif en lutte
Maroc: Appel pour le Rif en lutte par ATTAC/CADTM Maroc* A toutes les victimes du despotisme, de l’oppression, à toutes celles et ceux qui voient leur dignité bafouée et qui aspirent à un Maroc démocratique.
The times they are a changing: Rebuilding collective action in Albania
The times they are a changing: Rebuilding collective action in Albania by QOSJA Griselda* Following a wave of protests in Zharrez, Albania, Griselda Qosja spoke with activists affiliated with two of the leading leftist
A state of crisis in North-East Asia – The North Korea issue
A state of crisis in North-East Asia – The North Korea issue by ROUSSET Pierre The Korean crisis has gone from chronic to acute since the election of Donald Trump to the presidency of the United States. Against a bac
Battre Le Pen dans les urnes et dans la rue!
Battre Le Pen dans les urnes et dans la rue! Par Michael Lowy Le mot d'ordre proposé par certains camarades, "Pas un seul vote pour Marine Le Pen", n'est pas suffisant. On peut "ne pas voter" MLP en votant blanc ou en
PROGRAM - REGISTRATION - 5th CADTM Europe Summer School
Choosing is defiance ! 5th CADTM Europe Summer School PROGRAM and REGISTRATION by CADTM Belgium Save the dates and sign up here ! From Friday 30th of June to Sunday 2nd of July, the 5th CADTM Europe Summer School w

Αναζήτηση

Banks are responsible for the crisis in Greece

Debts claimed from Greece are odious

9 January by Eric Toussaint

2016 12 28 00 ericThe present study shows that the Greek crisis that broke out in 2010 originated in private banks, not in excessive public spending. The so-called bail-out was designed to serve the interests of private bankers and those of dominant countries in the Eurozone. Greece adopting the euro played a major role among the various factors that contributed to the crisis. The analysis developed here was first presented in Athens on 6 November 2016 during a meeting of the Truth Committee on Greek Public Debt.

At first sight, between 1996 and 2008, the development of Greece’s economy looked like a success story! The integration of Greece within the EU and from 2001 on within the Eurozone seemed successful. The rate of Greece’s economic growth was higher than that of the stronger economies in Europe.

This apparent success actually concealed a vicious flaw, just as had been the case in several other countries – not only Spain, Portugal, Ireland, Cyprus, the Baltic Republics and Slovenia, but also Belgium, the Netherlands, the United Kingdom, Austria…, countries that had been badly hit by the 2008 financial crisis. |1| Not forgetting Italy, which was caught up by the banking crisis a few years after the others.

In the early 2000s, the creation of the Eurozone generated significant volatile and often speculative financial flows |2| that went from economies of the Centre (Germany, France, the Benelux, Austria…) towards countries of the Periphery (Greece, Ireland, Portugal, Spain, Slovenia, etc.).

Major private banks and other financial institutions in economies of the Centre loaned huge sums to the public and private sectors in the economies of the Periphery for it was more profitable to invest in those countries than on the national markets of the economies of the Centre. A single currency (the euro) boosted those flows since it did away with the danger of the local currency being devaluated in case of crisis in countries of the Periphery.

This resulted in a private credit bubble mostly involving real estate (mortgages), but also consumer credit. The assets of banks in the Periphery increased significantly, albeit in terms of debt.

In Ireland, the crisis broke out in September 2008, when major banks went bankrupt in the wake of Lehman Brothers in the United States. In Spain, Greece and Portugal, the crisis started later, in 2009-2010. |3|

When the private credit bubble burst in 2009-2010 (in the context of international recession resulting from the US subprime crisis and its contamination of banks in the European economies of the Centre), private banks had to be massively bailed out.

These bail-outs led to a huge increase in public debt. Indeed the use of public money to bail out banks and other institutions turned out to be very costly.

It is now clear that banks should not have been bailed out, which meant socializing their losses. Banks should have used bail-in mechanisms: organize an orderly kind of bankruptcy and call upon major private shareholders and creditors to pay for sanitizing the situation. The opportunity should also have been seized to socialize the financial sector, i.e., to expropriate the private banking sector and turn it into a public service. |4|

However, there were strong ties, when not actual connivance, between Eurozone governments |5| and the private banking sector. Governments thus decided to use public money to bail out private bankers.

Since States in the Periphery could not afford the financial cost of bailing-out their banks so as to protect the French and German banks, governments of the Central economies (Germany, France, the Netherlands, Belgium, Luxembourg, Austria, etc.) and the European Commission (sometimes with the help of the IMF) implemented the notorious Memorandums of Understanding (MoUs). Thanks to those MoUs, major private banks and other private financial institutions in Germany, France, countries of the Benelux and Austria (i.e. the private financial sector of the Central economies) could reduce their exposition in economies of the Periphery. Governments and European institutions used this opportunity to reinforce the offensive of capital against labour as well as to reduce the possibility for people to actually use their democratic rights throughout Europe.

The way the Eurozone was constructed and the crisis of the capitalist system are accountable for the crisis that can be observed in countries of the Periphery since 2009-2010.

Steps that led to the 2010 Greek crisis

From 1996, under the auspices of PM Kostas Simitis (PASOK), Greece has committed itself deeper and deeper to the neoliberal model that had first been implemented in 1985 when Andreas Papandreou, after a promising start, shifted away from left-wing positions two years after François Mitterrand. |6|

Between 1996 and 2004, during Kostas Simitis’ two terms as PM, an impressive programme of privatizations was implemented (which recalls Lionel Jospin’s Socialist government in France – 1997-2002 – also carrying out major privatizations which right-wing parties and employers had been dreaming of since the 1980s).

Greece went farther than most EU countries in reducing corporate taxes. Measures were adopted that directly undermined social conquests won between 1974 and 1985, notably in terms of labour conditions and stability. Similarly, the Socialist government favoured a deep-seated deregulation of the financial sector (which also occurred in other EU countries and in the US); this resulted in an increase in its importance in the economy.

Greek banks settled in the Balkans and Turkey, which reinforced a deceptive sense of achievement.

During this period, the rate at which the Greek GDP increased was higher than the average EU rate, GDP per capita was catching up on the average, and the Human Development Index was improving. Growth was significant in some cutting-edge sectors such as optical and electrical equipment and computers. Yet in fact as they further integrated Greece into the EU and the Eurozone, Greek leaders and private corporations increased the country’s dependence and reduced any actual possibility for economic and social development.

How banks developed and how the Greek economy was financialized before it entered the Eurozone

Until 1998, 70% of the Greek banking system was public. Loans handed out by banks amounted to about €80 billion while deposits amounted to €85 billion, which indicated a healthy economy (see below). That situation was to change radically. Between 1998 and 2000, public banks were sold at heavily-discounted prices to private capital and four major banks emerged, covering 65% of the banking market: |7| the National Bank of Greece, Alpha Bank, Eurobank and Piraeus Bank. Among those four banks only the National Bank of Greece was still under indirect public control.

During those same two years under socialist PM Kostas Simitis’ leadership, deregulation was thriving in the banking sector as indeed in other parts of the world. Let us remember that in 1999 Bill Clinton’s Democrat administration repealed the Glass-Steagall Act, which had been voted in by the Roosevelt administration to counter the 1933 US banking crisis. This meant the end of separating deposit banks from business banks and accelerated the deregulation process that led to the 2000-2001 and 2007-2008 crises. In Greece, the government supported private banks (which decreased return on deposits) through an aggressive communication campaign to prompt middle-class households, companies and pension funds to invest on the stock market; so the government did not tax capital gains. This casino-like kind of economy resulted in a stock-market bubble that burst in 2000, with tragic losses for many households, small and medium-sized companies and the pension scheme, which had invested heavily. |8| We also have to keep in mind that the stock-market bubble made it possible for rich investors to launder their dirty money.

Rise in Greek private and public debt from 2000-2001

Private debt increased hugely in the first decade of the new millennium. Lured by the very attractive conditions offered by banks and the whole private commercial sector (mass retail, the automobile and construction industries, etc.), households went massively into debt, as did the non-financial companies. Moreover the shift to the euro |9| had led to a significant increase in the cost of living in a country where buying basic food takes up about half of a family’s budget. This private debt was the driving force of the Greek economy as it was in Spain, Ireland, Portugal, Slovenia and other countries of the former Eastern bloc that joined the EU. Thanks to a strong euro, Greek banks (and Greek branches of foreign banks) could expand their international activities and cheaply finance their national activities. They took out loans with a vengeance. The graph below (Fig. 1) shows that Greece’s accession to the Eurozone in 2001 boosted an inflow of financial capital, in the form of loans or portfolio investments (Non-FDI in the chart, i.e. inflows which do not correspond to long-term investments) while long-term investments (FDI–Foreign Direct Investment) remained stagnant.

Figure 1 – Flow of financial capital into Greece (1999-2009)

2017 01 10 02 Figure 01

In $ million. Source: IMF |10|

With the vast amounts of liquidity made available by the central banks in 2007-2009, Western European banks (above all the German and French banks, but also the Belgian, Dutch, British, Luxembourg and Irish banks) as well as Swiss and US banks lent extensively to Greece (to the private sector and to the public authorities). One must also take into account that the accession of Greece to the euro bolstered the faith of Western European bankers, who thought that the big European countries would come to their aid in case of a problem. They did not worry about Greece’s ability to repay the capital they loaned and considered that they could take very high risks in Greece. History seems to have proved them right so far: the European Commission and, in particular, the French and German governments have given their unfailing support to the private banks of Western Europe. But in allowing the socialization of the banks’ losses, European governments have placed their own public finances in a critical position.

In the chart below (Fig. 2) we see that the countries of Western Europe first increased their loans to Greece between December 2005 and March 2007 (during this period, the volume of loans grew by 50%, from less than 80 billion to 120 billion dollars). After the subprime crisis started in the United States, loans increased dramatically once again (+33%) between June 2007 and the summer of 2008 (from 120 to 160 billion dollars). Then they stayed at a very high level (about 120 billion dollars). This means that the private banks of Western Europe used the money which was lent in vast quantities and at low cost by the European Central Bank and the US Federal Reserve in order to increase their own loans to countries such as Greece. |11| Over there, where the rates were higher, they could make juicy profits. Private banks are therefore largely responsible for Greece’s excessive debt.

Figure 2 – Evolution of Western European banks’ exposure to Greece
(in billions of dollars)2017 01 10 03 Figure 02Source: BIS consolidated statistics, ultimate risk basis (from Costas Lapavitsas et al. The Eurozone Between Austerity and Default)

As shown in the following pie-chart (Fig. 3), Greek debts are overwhelmingly held by European banks, mostly French, German, Italian, Belgian, Dutch, Luxembourg and British.

Figure 3 – Foreign holders (almost exclusively foreign banks and other financial companies) of Greek debt securities (end of 2008 |12| )

2017 01 10 04 Figure 03

Source: CPIS in Costas Lapavitsas et al. The Eurozone Between Austerity and Default

A survey conducted by Barclays on Greece’s external debt in the third term of 2009 shows that the distribution was approximately the same (note that the currency used below is the US dollar). |13| The next graph (Fig. 4) is particularly interesting in that it shows that large French insurance groups were highly exposed, as were Luxembourg-based hedge funds. |14|

Figure 4 – Creditors of the Greek debt
Greece’s public debt amounted to about $390 billion by the end of the third term of 2009. Close to three quarters of that debt is held by foreign institutions, the majority of them European.

2017 01 10 05 Figure 04Source: http://www.nytimes.com/2010/04/29/business/global/29banks.html

In a book published in 2016, Yanis Varoufakis describes what led German, French and other foreign private banks to make massive loans to Eurozone countries of the European Periphery, with their governments’ support. According to Varoufakis, once they felt sure countries of the Periphery would not leave the Eurozone, French and German bankers started treating all borrowing countries as presenting exactly the same level of risk, or of solvability, which was nonsense. Worse still, since they knew they would get their money back, they soon found out that “it was more lucrative to lend to persons, companies and banks of deficit member States than to German or Austrian customers” since in those countries people “displayed the deep-seated aversion to debt that recent memory of poverty engenders.” Indeed ideal customers (borrowers) are not yet indebted and have some personal property such as “a farmhouse or an apartment in Naples, Athens or Andalusia.”

Varoufakis relies on information gathered during a conversation he had in 2011 with a man called Franz, who worked for a German bank. Franz, he writes, “went to some lengths to impress upon me the suddenness and force with which his bank targeted the European Periphery. Its new business plan was straightforward: to secure a higher share of the Eurozone market than other banks, the French banks in particular, which were also on a lending spree.” Those countries with a significant trade imbalance offered bankers three major advantages: (1) there was room for a lot of lending; (2) exports to deficit countries “were now immune to devaluations of the defunct, weaker currencies”; (3) they could charge much higher interest rates in deficit countries since interest rates indicate the price of money, and money is cheaper in exporting countries such as Germany than in importing countries such as Greece. |15|

A private credit bubble caused by Greek and foreign banks with government complicity

The Greek banks pushed their customers to borrow massively to finance their consumption. As the graph in Fig. 4 shows, household loans increased fivefold between 2001 and 2008; whereas business loans increased two and a half fold. On the other hand, over the same period, Greek banks reduced their loans to public administrations.

Figure 5 - Credit to domestic residents by Greek banks (2001-2008)

2017 01 10 06 Figure 05

Source: Bank of Greece

The big increase in Greek household, business and financial company debt is visible in Fig. 6 where the graph shows how total Greek debt developed between 1997 and 2009 alongside the reduction of public debt from 70 to 42%.

Figure 6 – Greek debt by sector of issuer (% of total)
NB pour la mise en ligne il faut aller prendre le graphique original dans l’étude de Lapavitsas afin que la légende dans le graph soit en anglais

 2017 01 10 07 Figure 06

Source: Bank of Greece, QEDS, IMF (from Costas Lapavitsas et al.The Eurozone Between Austerity and Default)

Table 1 clearly shows the big increase in bank lending to households and business.

Table 1. Bank lending tendencies to households and business between 12/1998 and 12/2010 (in millions of euros). 

2017 01 10 08 Table 1

Source : Bank of Greece |16|

Table 2 shows that the increase in deposits was much inferior to the increase in credit shown in Table 1.

Table 2. Deposit and repurchase agreement tendencies of households and businesses in Greece between December 1998 and December 2010 (in million of Euros).

2017 01 10 09 Table 2

Source : Bank of Greece

In 1998, deposits on bank accounts were more than twice the amount of the loans that banks had granted to private-sector activities, an indication of a healthy situation. By 2008 the situation had seriously deteriorated: deposits were far less than the sums on loan. |17| The Greek Banks had taken advantage of the easy money supplied by French, German and other foreign banks.

Greek banks increased their borrowing from foreign banks six-and-a-half fold, from €12.3 billion to €78.6 billion, between 2002 and 2009. If we include other private external sources of financing (investment funds, money-market funds, insurance companies) the respective figures are €19 billion and €112 billion.

And that’s not all: the Greek banks were short-term borrowers on foreign interbank markets (what is more, most of the deposits in Greek banks were short-term and of course, as we have seen, they were also among the financial resources into which banks dipped) in order to finance medium- and long-term loans to their borrowers, especially for property purchase and development, or for durable goods (such as household equipment or cars), making them vulnerable to the tendencies of the financial markets and movements of deposit withdrawals.

However, this deterioration undermining banks’ balance sheets was not at all reflected by their profitability curves. In 2005, according to a study by the Greek Central Bank, banking profits had gone up by 198%, whilst their taxes decreased by 18.8%. The ROE |18| reached the extraordinary ratio of 26% while the European Union average was 17.4%.

This short-term profiteering attracted the attention of French banks, which took over Greek banks in order to facilitate and stimulate their investments in what they considered to be a new Eldorado. |19| In March 2004, Société Générale acquired a majority holding (50.01%) in the Banque Générale de Grèce, which was renamed Geniki Bank. In August 2006 Crédit Agricole S.A. took over Emporiki Bank S.A. In a press release at the time, Georges Pauget, CEO of Crédit Agricole S.A., justified the move by saying “...this acquisition […] gives us access to a growing market in a rapidly expanding region”. |20| René Carron, Chairman of Crédit Agricole S.A., declared: “I’m delighted with the success of the Emporiki offer and would like to express my thanks to the Greek government and other shareholders for showing their confidence and support for this offer. This transaction is a major step in our international strategy and will contribute to our objective to increase our net banking income on non-French operations”.

The announcement by the government, at the beginning of 2005, that construction resulting from building permits issued after 1st October 2006 would no longer be exempt from VAT, created a building boom accompanied by an explosion in the number of mortgage loans that overtook the whole country – even though housing demand was amply satisfied. According to the statistics office, ELSTAT, in 2001, the country had 11 million inhabitants for 5.4 million homes, 1.4 million of which were unoccupied. This contributed to the private-loan speculative bubble. |21| In 2011, there were 6.4 million homes, of which 2.5 million were unoccupied. |22|

The banks weakened during 2008-2009 because of the excessive risks they took and the credit bubble they caused

In September-October 2008, following the failure of Lehman Bros. in the US and the effects on Western European banks (failures in Belgium, Germany, Iceland, Ireland and the UK), mutual confidence between banks evaporated and interbank loans stopped completely – a phenomenon they called a “credit crunch” –, which put the highly dependent Greek banks into very hot water. Their shares plummeted during the second half of 2008 to levels 20% below their early 2007 quotations. At the same time the interest demanded for their borrowings increased by 500 base points – that is, 5%. |23|

The Greek banks only survived thanks to liquidities made available by the Bank of Greece under ECB rules that provide for massive cash-flow to all the Eurozone banks. (The same practice is followed by the Fed, the Bank of England and the Swiss central bank).

In the following graph (Fig. 7) the green line shows how the tendencies of the Greek banks to use this Eurosystem funding evolved. |24|

Figure 7 – Exposure of Greek banks to the government and liabilities to the BoG, in billions of Euros (2007-2010) 

2017 01 10 10 Figure 7

Source: Bank of Greece.

Nevertheless, changing the principal sources of funding is not particular to Greece – the same phenomenon has been noted in most Eurozone countries and beyond. Central banks became the favourite money supplier to private banks through 2008-2009.

In October 2008 the Greek banks were in crisis; the Karamanlis Government announced a €28 billion bail-out plan, of which €3.5 billion were used to recapitalize the banks and the remainder served as guarantees for further borrowing from the Central Bank. At the same time depositors were reassured in order to avoid a run on the banks (massive withdrawals that could cause banks to fail). These policies are not exceptional. As much in the US as in Europe, including Switzerland, governments have been providing massive capital and guarantees that have greatly increased public debt without durably improving the health of the banking sector.

Many Belgian, British, Dutch, French, German, Swiss and North American banks received substantial public aid through 2008-2009 and beyond. Between October 2008 and September 2012, total aid granted by the European Commission reached €5,059.9 billion – that is, 40.3% of EU GDP. According to an estimation by Professor James Felkerson, the US Fed granted aid to the tune of $29,614.4 billion to US and non-US banks.

In 2008, the Greek banks, along with their Cypriot, Portuguese and Spanish counter-parts, were not considered to be under threat, because unlike the banks in the US and the most developed European economies, they had not taken massive positions in the structured financial products that shook the US and Northern and Western European banking system to its foundations.
However, the banks in the peripheral Eurozone countries, too, were actually on the verge of defaulting and their governments did not have the resources needed to come to their rescue as effectively as the governments of the central economies and the United States had.

The particularities of the Greek banks

One of the particularities of the Greek banking situation is the combination of weak equity and an increase in credit repayment defaults.

In March 2009, the Greek banks’ equity totalled €28.9 billion – no more than 6.2% of their balance sheet, which totalled €473.1 billion. Loan loss reserves amounted to only €7.2 billion, much less than the amount necessary to cover the actual risk. In fact reserves amounted to only 3% of the €217.1 billion in loans granted, whereas the ratio of “Non-Performing Loans” (NPLs) was 6%. |25|

The insufficiency of assets was caused by paying oversized dividends to private shareholders between 2005 and 2008 (see above).

According to a memo in the European Parliament, bad debt risks had increased to 43.5% in Greece, in September 2015, and 50% in Cyprus.

2017 01 10 11 dubious debt

The amount of dubious debt in the Eurozone on 30 September 2015

The international crisis that badly hit the Greek economy in 2009 fragilized households and small businesses in particular to point where more and more fell into debt repayment arrears.

Bank deposits had become markedly inferior to outstanding loans, private cash-flow from banks and other financial institutions stopped, arrears increased, property prices slumped and capital fled (organized by, or at least with the complicity of, the banks), the Greek banks’ positions became inextricable. This was the consequence of the dangerous adventures that the Greek banks had entered upon with the complicity of the Greek government and under the laissez-faire attitude of the European regulatory authorities.

The reaction of the Greek banks to the crisis, which they had largely provoked themselves, and to the international recession affecting the Greek economy, aggravated the situation. Whereas the Central Bank made liquidities available to Greek banks under the pretext that they would be made available to households and businesses in order to stimulate the economy, the banks used these sums in entirely different ways, as the following graph, in Fig. 8, shows.

Figure 8. Greece, domestic credit growth, 2009 – 2015

2017 01 10 12 Figure 8

Source: Bank of Greece

The Greek banks cut off lending to households and non-financial companies (made up mostly of the self-employed or of small- and average-size companies with no more than ten staff members |26|), who were in need of funds to finance their debt repayments, thus worsening their already dire difficulties. Of course, it must not be forgotten that the austerity policies imposed by the Troika and the Greek government from 2010 had already reduced household and small business incomes, pushing them further towards payment defaults.

The criminal practices of the Greek banks were even worse than those of the Northern and Western European banks. Here are a few noteworthy examples brought to light by Daniel Munevar:

In the case of the now-defunct Hellenic PostBank it is estimated that between 2006 and 2012 it lent around €500 million to prominent businessmen without securing any type of guarantee. |27| Eventually, once they became NPLs, the losses associated with them were directly passed on to the taxpayers. At the time, Alexis Tsipras denounced the bank scandal as a triangle of corruption involving leading companies, banks and political parties that exchange favours. |28| In the case of another defunct bank, the Agricultural Bank of Greece, it is now estimated that between 2000 and 2012 it extended 1,300 loans for a value close to €5 billion. |29| These loans were extended without any type of guarantee and were provided to government supporters in what amounted to a patron/client relationship.3 |30|

As scandalous as the above examples might be, probably the most iconic case of the corruption and excesses that characterized the Greek banking system before the crisis was that of the Marfin Popular Bank (MPB). In 2006, Marfin Investment Group (MIG), a Greek-based investment group led by Andreas Vgenepoulos, bought a minority stake at Laiki Bank in Cyprus. After this transaction was completed, Laiki was transformed into a new entity, MPB. Vgenopolous then took the decision to undertake an IPO of MIG. To ensure the success of the initial offering, Vgenepoulos, who was a member of the boards of both companies, used more than €700 million in loans provided by MPB to support the initial price of the share offering of MIG in 2007. |31| By 2010, it is estimated that MPB had provided €1.8 billion in loans to entities related to MIG in Greece in what amounted to a clear conflict of interest. |32| Even though the BoG conducted an audit in 2009 that identified these problems and raised further questions regarding the management of the bank, the regulators did nothing to address these issues. By the time the Cypriot authorities took over the bank in 2011 it was estimated that MPB had a loan portfolio in Greece of 12 billion euros, most of it of dubious quality. |33| According to the Chairman appointed by the Cypriot authorities, Michael Sarris, the “single most important factor” dissuading investors from helping recapitalize the bank was not sovereign bonds but concern that further losses in the loan portfolio in Greece could materialize. |34|

Dramatizing public indebtedness and the deficit protects the interests of the private Greek and foreign banks who are responsible for the crisis

If we believe the rhetoric prevailing at the international level, the Memorandum of Understanding of 2010 constitutes the only possible response to Greece’s public-finance crisis. According to this deliberately misleading explanation, the Greek State supposedly gave Greeks the benefit of a generous system of social protection |35| in spite of the fact that they were paying no taxes (Christine Lagarde, remember, as Managing Director of the IMF, had stated that Greeks were paying almost no taxes – neglecting to point out that wage earners and retired persons in Greece have their taxes withheld at source3 |36|). For these facile moralizers, it was irresponsible public expenditure that supposedly led to a dramatic increase in public debt and the deficit. According to their narrative, the financial markets eventually became aware of the danger and refused to continue to finance Greece’s irresponsibility. Following that refusal, the narrative goes, the European governments, the ECB, the European Commission and the IMF decided, in a burst of generosity, to join together to come to the aid of the Greek people, even though they did not deserve such generosity, and at the same time defend the permanence of the Eurozone and the European Union.

In reality, as the Preliminary Report of the Truth Committee on the Greek Public Debt showed, the real cause of the crisis was the private banking sector, both domestic and foreign, and not public debt. Private debt was much larger than public debt.

Late in 2009, the Greek banks had to repay €78 billion in short-term debt to foreign banks, and if the other foreign financial entities (such as Money Market Funds |37| and investment funds) who had granted loans are taken into account, the amount to be repaid was in fact a total €112 billion. Remember that starting in September-October 2008, interbank lending had largely dried up. The Greek banks were able to continue to repay their external creditors at least in part thanks to the line of credit extended by the ECB and the Central Bank of Greece (see Figure 7 above – Exposure of Greek banks to the government and liabilities to the BoG, in billions of Euros (2007-2010)

Loans to the Greek banks from the ECB/Greek Central Bank varied between €40 and 55 billion. That represented between 6% and 8% of the line of credit extended by the ECB, whereas the Greek banks accounted for only 2% of assets in the Eurozone.

The directors of the ECB implied in Autumn 2009 that they planned to end that line of credit. |38| This caused a great deal of anxiety on the part of foreign creditors of the Greek banks and the Greek bankers themselves. Should the Greek banks not be able to continue repaying their debts to the foreign banks, a serious crisis could ensue. According to the major private foreign creditors of the Greek banks, the only solution that could avoid a failure of the Greek banks (and the losses that would have caused for the foreign banks) was for the State to recapitalize them and grant them guarantees for an amount well in excess of what was made available beginning in October 2008. That also implied that the ECB would maintain the line of credit it had extended them. George Papandreou, who had just handily won the legislative elections on 4 October 2009, realized that the Greek government alone would not have the resources to save the Greek bankers despite his good will towards (not to say complicity with) them. His opponents in New Democracy, who had just lost the elections, felt the same.

Instead of making those who were responsible, both in Greece and abroad (that is, the private shareholders, the board members of the banks, and the foreign banks and other financial entities who had contributed to generating the speculative bubble) bear the cost of the banking crisis, Papandreou dramatized the public debt and the deficit in order to justify an external intervention aimed at bringing in sufficient capital to face the situation the banks were in. The Papandreou government falsified the statistics on Greece’s debt – not in order to reduce it (as the prevailing narrative claims) but in fact to increase it (see the Box on Falsification). He wanted to spare the foreign (principally French and German) banks heavy losses and protect the private shareholders and top executives of the Greek banks.

He made the choice of resorting to “international aid” under the deceitful pretext of “solidarity” because he was sure he could never convince his electorate to make sacrifices in order to protect the big French and German banks… and Greek bankers.

Falsification of public deficit and public debt

After the Parliamentary Elections of 2009 (4/10/2009), the newly elected government of George Papandreou illegally revised and increased both the public deficit and debt for the period before the Memorandum of 2010. |39|

Hospital liabilities

The public deficit estimation of 2009 was increased through several revisions: the public deficit as a share of GDP increased from 11.9% in the first revision to 15.8% in the last.

One of the most shocking examples of falsification of the public deficit is related to the public hospitals’ liabilities.

In Greece, as in the rest of the EU, suppliers traditionally provide public hospitals with pharmaceuticals and medical equipment. Due to the required invoice validation procedures required by the Court of Audit, these items are paid after the date of delivery. In September 2009, a large number of non-validated hospital liabilities for the years 2005-2008 was identified, even though there was not a proper estimation of their value. On the 2nd of October 2009, within the usual Eurostat procedures, the National Statistical Service of Greece (NSSG) sent to Eurostat the deficit and debt notification tables. Based on the hospital survey traditionally carried out by the NSSG, these included an estimate of the outstanding hospital liabilities of €2.3 billion. On a 21st October notification, this amount was increased by €2.5 billion. Thus, total liabilities increased to €4.8 billion. The European authorities initially contested this new amount given the suspicious procedures under which it was compiled:

“In the 21st October notification, an amount of €2.5 billion was added to the government deficit of 2008 on top of the €2.3 billion. This was done according to the Greek authorities under a direct instruction from the Ministry of Finance, in spite of the fact that the real total amount of hospital liabilities is still unknown, that there was no justification to impute this amount only in 2008 and not in previous years as well, and that the NSSG had voiced its dissent on the issue to the GAO [General Account Office] and to the MOF [Ministry of Finance]. This is to be considered as a wrong methodological decision taken by the GAO.” |40|

However, in April 2010, based on the Greek government’s “Technical Report on the Revision of Hospital Liabilities” (3/2/2010), |41| Eurostat not only gave in to Greece’s new government demands about the contested amount of €2.5 billion, but also included an additional €1.8 billion. Thus, the initial amount of €2.3 billion, according to the Notification Table of the 2nd October 2009, was increased to €6.6 billion, despite the fact that the Court of Audit had only validated €1.2 billion out of the total. The remaining €5.4 billion of unproven hospital liabilities increased the public deficit of 2009 and that of previous years.

These statistical practices for the accounting of hospital liabilities clearly contravene European Regulations (see ESA95 par. 3.06, EC No. 2516/2000 Article 2, Commission Reg. EC No. 995/2001) and the European Statistics Code of Practice, especially regarding the principles of independence of statistical measurements, statistical objectivity and reliability.

It is important to highlight that a month and a half after the illegal increase of the public deficit, the Ministry of Finance called the suppliers and asked them to accept a 30% discount on the liabilities for the 2005-2008 period. Thus, a large part of hospital liabilities was never paid to pharmaceutical suppliers by the Greek government, while the discount was never reflected in official statistics. |42|

Public corporations

One of several falsification cases concerns 17 public corporations (DEKO). In 2010 ELSTAT |43| and Eurostat transferred the liabilities of the 17 DEKO from the Non-financial Corporations sector to the General Government sector. This increased public debt in 2009 by €18.2 billion.

This group of corporations had been classified as Non-Financial Corporations after Eurostat had verified and approved their inclusion in this category. It is important to emphasize that there were no changes in the ESA95 classificatory rules between 2000 and 2010.

The reclassification took place without carrying out the required studies; it also took place at night after the ELSTAT Board had left. In this way the president of ELSTAT was able to introduce the changes without questions from the Board members. Thus, the role of the national experts was completely ignored, in total contravention of ESA95 Regulations. Consequently, the institutionally established criteria for the reclassification of an economic unit under the General Government sector was infringed. |44|

Goldman Sachs swaps
Another case of unsubstantiated increase of public debt in 2009 is related to the statistical treatment of swaps with Goldman Sachs. The one-person ELSTAT leadership increased the public debt by €21 billion. This amount was distributed ad hoc over the four financial years from 2006 to 2009. This was a retroactive increase of Greece’s public debt and was done in contradiction of EC Regulations.

In total, it is estimated that as a result of these technically unsupported adjustments, the budget deficit for 2009 was increased by an estimated 6 to 8 percentage points of GDP. Likewise, public debt was increased by a total of €28 billion.

We consider the falsification of statistical data as directly related to the dramatization of the budget and public debt situation. This was done in order to convince public opinion in Greece and Europe to support the bail-out of the Greek economy in 2010 with all its catastrophic conditionalities for the Greek population. The European parliaments voted on the “rescue” of Greece based on falsified statistical data. The banking crisis was underestimated by an overestimation of the public sector’s economic problems.

As for European leaders like Angela Merkel and Nicolas Sarkozy, who had already implemented plans to bail out private banks in their respective countries in 2008, they agreed to launch a programme that was purportedly to “aid Greece” (and which was to be followed by programmes of the same type in Ireland, Portugal and Spain) and under which the private banks in their countries could be paid with public funds. Repayment of the bail-out of bankers, then, would be done on the backs of the Greek people (and the peoples of the peripheral countries who would get caught up in the same system). |45| All this on the pretext of aiding Greece out of solidarity. The “aiding Greece” narrative is nothing but a sordid and deceitful cover-story to hide what was in reality socialisation of the banks’ losses. The Truth Committee on the Greek Public Debt, in its Preliminary Report of June 2015, threw light on the mechanism that was put in place starting in 2010 (see in particular Chapters 2, 3 and 4).

Yanis Varoufakis denounces the swindle in his own words: “But this was not a bail-out. Greece was never bailed out. Nor were the rest of Europe’s swine—or PIIGS as Portugal, Ireland, Italy, Greece and Spain became collectively branded. Greece’s bail-out, then Ireland’s, then Portugal’s, then Spain’s were rescue packages for, primarily, French and German banks.” (…) “The problem here was that Chancellor Merkel and President Sarkozy could not imagine going back, once more, to their parliaments for more money for their banker chums. So they did the next best thing: they went to their parliaments invoking the cherished principle of solidarity with Greece, then Ireland, then Portugal and finally Spain.”4 |46|

Yet an alternative was possible, and necessary. Following their win in the 2009 elections thanks to a campaign during which they denounced the neoliberal policies of New Democracy, the Papandreou government, had it wanted to make good on its campaign promises, would have had to socialize the banking sector by organizing an orderly failure and protecting depositors. Several historical examples demonstrate that organizing such a failure and then starting up financial services again to operate in the interests of the population would have been quite possible. They should have taken the example of what had been done in Iceland since 2008 |47| and in Sweden and Norway in the 1990s. |48| Instead, Papandreou chose to follow the scandalous and catastrophic example of the Irish government, which bailed out the bankers in 2008 and in September 2010 agreed to a European aid plan that had dramatic consequences for Ireland’s people. When in fact what was needed was to go even farther than Iceland and Sweden and completely and permanently socialize the financial sector. The foreign banks and private Greek shareholders should have been made to bear the losses stemming from resolving the banking crisis and those responsible for the banking disaster should have been prosecuted. That would have allowed Greece to avoid the successive Memoranda that have subjected the Greek people to a dramatic humanitarian crisis and to humiliation, without any of it resulting in truly cleaning up the Greek banking system. The chart below shows the evolution of payment defaults on credits and throws light on why the situation of the Greek banks remains highly precarious, whereas their directors have faced no legal consequences and most of them have remained in their positions since the crisis began. In Iceland, remember, several bankers went to prison.

Figure 9 – Greece, evolution of NPLs as% of total loans, 2009 – 2015

2017 01 10 13 Figure 9

Source: IMF

NPLs increased greatly between 2010 and 2015 for three main reasons:

  1. Banks were not forced to recognize losses (which would have amounted to cancellation of the debts).
  2. The brutal austerity imposed by the Troika, by radically reducing the income of the majority of the population and causing the failure of hundreds of thousands of small and medium companies, made it impossible for a growing number of households and SMEs to continue repaying their debts.
  3. The banks’ decision to stop granting new loans or refinancing existing ones only encouraged households and companies to default on repayment.

Why private banks want to purchase public debt

The fable according to which the weakness or crisis of private banks is brought about by too high a level of public debt and the risk of suspension of payment by States does not hold up against the facts.

Since the EU has been in existence, not a single member State has gone into payment default, despite the fact that the list of banking crises gets longer every day.

On the other hand, what the dominant media and governments don’t tell us is that for private banks, lending to a State is highly profitable and free of risk. Added to that is the fact that the more sovereign debt a bank holds, the easier it is for it to comply with the rules set by the regulatory authorities. That point requires a technical explanation.

To adhere to the rules that were in force in 2008-2009, the Greek banks, like all European banks, needed to prove that their equity amounted to 8% of their assets. But, as said earlier, in March 2009 their equity only totalled 6.2% of their assets. To reach the 8% required by the authorities, they began buying sovereign debt.

In calculating that ratio of 8%, the regulatory authorities allow banks to weight the assets they hold according to the risk they represent. Sovereign debt held by banks is considered less risky than debt with private individuals or companies. That being the case, banks have every interest in lending more to public authorities than to private individuals or companies, and especially SMEs, which are considered riskier than major corporations. Of course, they can decide to lend to private individuals and SMEs anyway, but when they do they’ll demand very high interest rates.

That’s why, beginning in late 2008 and 2009, the Greek banks continued to increase their lending to the Greek government while at the same time gradually cutting off new loans to households and SMEs. Between 31 December 2008 and 31 December 2010, the Greek banks increased loans to the Greek public authorities by 15%, which proves that they considered such loans more secure.

The next illustration shows why banks who wanted to prove their robustness had every interest in buying public securities rather than continuing to grant loans to households and private individuals.

2017 01 10 14 buying public securities

The illustration above represents the assets of a bank before and after weighting for risks. The column on the left represents the actual assets held by the bank – that is, the loans it has granted. In the example given, which corresponds to an observed average, for 4 units of equity (the capital), the bank lent 100 units to private individuals, companies, States, etc.

For each of these categories of assets, the bank will apply weighting for risk and rely on that weighting to determine its ratio between equity and the total assets on its books. For example, loans to private individuals are weighted at 75%, which means that out of 28 units lent, only 21 will be counted in the weighted balance sheet. As a general rule, loans to States (sovereign debt securities) are weighted at 0% – in other words, they count for 0 on the weighted balance sheet! In fact, only loans to SMEs and companies that are rated low by the rating agencies are accounted for in their entirety, and even for more than they actually represent (weighting is 150% for companies rated below BB-).

Since the regulatory authorities take a bank’s weighted assets as the basis for determining whether it is keeping to the rules, it is in the bank’s best interests to lend to States rather than companies. This enables it to “deflate” its adjusted balance without affecting the true amount of loans granted, which are how it makes part of its profit.

Thus a bank with equity of only 4% of its assets can declare that the ratio actually comes to 10%, if there are enough public debts on its books. This will earn it praise from the regulatory authorities. |49|

All this explains the trajectory of the blue line in the graph we’ve already used. (See Figure 7 – Exposure of Greek banks to the government and liabilities to the BoG, in billions of Euros (2007-2010) above).

A sharp increase in the amount of credit extended by Greek banks to the government can be seen after September 2008. Previously fluctuating between €30 and 40 billion, it suddenly rose to over €60 billion by March 2010.

Note that before the speculative attacks on Greece began, it was able to borrow at very low interest rates. Mainly banks, but other institutional investors (such as insurance companies and pension funds) too, were falling over each other to lend it money.

This is how it came about that on 13 October 2009 Greece issued three-month Treasury bonds (T-Bills) with a very low yield of 0.35%. On the same day it issued six-month bonds at a rate of 0.59%. Seven days later on 20 October 2009, Greece issued one-year bonds yielding 0.94% |50|. Not until less than six months before the Greek crisis broke out did the foreign banks turn off the credit tap. The credit-rating agencies attributed a good rating to Greece and the banks which were lending to it, left, right and centre. Ten months later, to issue six-month bonds it had to commit to a yield of 4.65%, that is, eight times higher than before. This was a fundamental change of circumstances. In September 2009, the Greek Treasury issued six-year bonds at 3.7%, a yield close to those of Belgium or France, and not very far from Germany’s. |51|

There is one highly significant indication of the banks’ responsibility. In 2009, they demanded a lower yield from Greece than in 2008. In June-July-August 2008, before the shock produced by Lehman Brothers’ bankruptcy, the rate was four times higher than in October 2009. In the fourth quarter of 2009, yields reached their lowest point when loans of less than one year fell to below 1%. |52| Why were banks demanding lower yields when they should have realized that the risks were accumulating and Greece’s situation deteriorating?

The graph below shows that Greek and German interest-rates were very close between 2007 and July 2008. After that date, the rate paid by Greece can be seen to increase during the fourth quarter of 2008, after the government had announced its first plan to rescue Greek banks. (The markets then considered that the risks on public debt were higher, seeing that the authorities were willing to increase public debt to bail out the Greek banks.) From that moment on, German and Greek rates followed completely opposite trajectories. It is extraordinary to see that the rate paid out by Greece fell between March and November 2009, when the real situation of Greek banks and the international economic crisis which hit Greece so hard from 2009 (i.e. later than for the stronger countries of the Eurozone) should have led international and Greek banks to demand risk premiums. It was only after November 2009, when Papandreou decided to dramatize the situation and to falsify the public debt statistics, that the rates rose dramatically.

Figure 10 – Germany and Greece, 10-yr government bond yields (2007-2010)

2017 01 10 15 Figure 10

Source: St Louis Fed.

This may seem irrational, as it is not normal for a private bank to lower interest rates at a time of major international crisis, and to a country like Greece that is getting rapidly indebted. However it is logical from the point of view of a banker seeking to maximize immediate profits and convinced that in case of difficulty, the government will bail out his bank. After Lehman Brothers failed, the governments of the USA and Europe made available enormous amounts of liquidities to bail out the banks and kick-start credit and economic activity. Bankers seized this manna of capital to lend it to EU countries like Greece, Portugal, Spain and Italy, certain that in case of trouble, the European Central Bank (ECB) and the European Commission (EC) would come to their aid. From their point of view, they were right.

There is no denying that banks literally threw capital at countries like Greece (including lowering the interest-rates that they demanded), so determined were they that the money they were getting in massive quantities from the public authorities should be placed as loans to Eurozone States.

To go back to the concrete example mentioned above: when on the 20th October 2009 the Greek government sold three-month T-Bills with a yield of 0.35%, it was trying to raise the sum of €1,500 million. Greek and foreign banks along with other investors proposed €7,040 million, or almost five times that amount. Finally, the government decided to borrow €2,400 million. It is thus no exaggeration to claim that the bankers sought to lend as much as possible to a country like Greece.

Now let us go back over the sequence of increases in loans from Western European bankers to Greece over the period 2005-2009 as presented at the beginning of this study. The banks of Western European countries increased their loans to Greece (both in the public and private sectors) for the first time between December 2005 and March 2007. During this period, the volume of loans increased by 50%, from just below 80 billion to 120 billion dollars. Even though the subprime crisis had broken out in the USA, loans saw another sharp increase (+33%) between June 2007 and the summer of 2008 (from 120 to 160 billion dollars), thereafter remaining at a very high level (of about 120 billion dollars). The debts called in from Greece by foreign and Greek banks as a consequence of such frankly adventurous policies are marked by illegitimacy. The banks should have been forced to assume the risks they had taken.

The rescue of foreign and Greek banks thanks to the 2010 Memorandum

The work of the Truth Committee on Greek Public Debt made evident the true motives of the Troika at the time of the First Memorandum in May 2010. The hearing of Panagiotis Roumeliotis helped to set the record straight. Roumeliotis had been a close advisor to the former PASOK Prime Minister Papandreou, a former Greek negotiator with the IMF and a personal friend of Dominique Strauss-Kahn, former chairman of the IMF, whom he met when he was a student in Paris. A few days before the hearing, I had had a private interview with Roumeliotis where I had informed him that I was in possession of secret IMF documents, including notes of a meeting that had been declassified by the Speaker of Parliament. Because they were very compromising, they had been hidden by the former Speaker of the Greek Parliament when they should have been included in an enquiry by the former government into financial delinquency. The documents proved that the decision by the IMF on 9 May 2010 to lend €30 billion to Greece (32 times the sum normally available to the country) was, as clearly expressed by several executive directors, primarily aimed at getting French and German banks out of trouble. This was clearly denounced by the IMF representatives from Brazil and Switzerland! |53| In reply to these objections the representatives from France, Germany and the Netherlands conveyed to the Board the commitments of their countries’ banks to support Greece and broadly maintain their exposure. This is what the French executive said during the meeting: “There was a meeting earlier in the week between the major French banks and my Minister, Ms. Lagarde. |54| I would like to stress what was released at the end of this meeting, which is a statement in which these French banks commit to maintain their exposure to Greece over the lifetime of the programme”. The German executive director said: “(…) these [German] banks basically want to maintain a certain exposure to the Greek banks, which means that they will not sell Greek bonds and they will maintain credit lines to Greece. When these credit lines expire, they will at least in part be renewed”. The Dutch executive director also made promises: “The Dutch banks, in consultation with our Minister of Finance, have had discussions and have publicly announced they will play their part in supporting the Greek government and the Greek banks”. |55|

It has become clear that these three directors deliberately lied to their colleagues to get the loan granted. |56| The loan was not made with the intention of aiding the Greek economy or the Greek people. The money was used to repay French, German and Dutch banks that between them held more than 70% of Greek debt at the time the decision was made.

Then once they had been paid, the banks stopped lending to Greece and shed their Greek securities on the secondary market Secondary market The market where institutional investors resell and purchase financial assets. Thus the secondary market is the market where already existing financial assets are traded. . The ECB, directed by the Frenchman Trichet, helped by purchasing those securities. The banks did exactly the opposite of what had been promised at the IMF. It must be mentioned that during the same meeting several directors criticized the IMF for changing, in a state of panic, IMF loan conditions. |57| Previously, the IMF could not grant a loan to a country unless the conditions made the debt sustainable. As the IMF directors knew perfectly well that lending €30 billion to Greece would not ease the Greek situation, but on the contrary, probably make it even more unsustainable, the rules were changed. Other criteria were adopted without consultation: henceforth, the IMF lends in order to avoid international banking crises. This proves that the real threat was the failure of the three main French banks (BNP Paribas, Crédit Agricole and Société Générale) and some German banks (Hypo Ral Estate and Commerzbank) which, seeking big profits, had lent too much to both the private sector and the Greek government, without applying normal prudential restraint.

If the IMF and the ECB did not want a reduction of Greek public debt in 2010, it was because the governments of France, Germany, the Netherlands and some other Eurozone countries wanted to give these banks time enough to sell off the Greek securities that they had bought and to generally disengage from Greece. And indeed, the foreign banks did get rid of their securities on Greece between March 2010 and March 2012, the date on which debt reduction finally took place (see below). If the Greek government of the time, under George Papandreou, accepted that the Greek public debt not be reduced at the time of the 2010 Memorandum, it was because it too wanted to give time to the Greek banks to sell off a large portion of their Greek securities which were likely to be devalued later when the French and German banks would have had time to disengage (see below). In any case, Jean-Claude Trichet, the French banker who was president of the ECB at the time, threatened to reduce Greek banks’ access to liquidities if the Greek government asked for debt reduction. That was what Panagiotis Roumeliotis declared at his hearing. |58|

Another criticism of the measures imposed on Greece by the IMF came from the Argentine representative, present at the same meeting in May 2010, who explained that the policies the IMF imposes on Greece cannot work. Pablo Pereira made no bones about what he thought of past and present IMF policies. “Harsh lessons from our own past crises are hard to forget. In 2001, somewhat similar policies were proposed by the Fund in Argentina. The catastrophic consequences are well known. (...) There is an undisputable reality that cannot be contested: a debt that cannot be paid will not be paid without a strong process of sustainable growth. (...) We are also too familiar with the consequences of “structural reforms” or policy adjustments that end up thoroughly curtailing aggregate demand and, thus, prospects of economic recovery. (...) It is very likely that Greece might end up worse off after implementing this programme. The adjustment measures recommended by the Fund will reduce the welfare of its population and Greece’s true repayment capacity.” |59|

On 15 June 2015, Panagiotis Roumeliotis testified before the Committee on this entire affair during the quite exceptional public hearing that lasted eight hours. I questioned him, as did the President of the Hellenic Parliament, and he answered us. Then members of the Committee questioned him and he replied to them. Mr. Roumeliotis’s answers amply confirmed the analysis presented above. Like all other important events in the Hellenic Parliament, the hearing was broadcast live on the parliamentary television channel. Audience ratings shot up.

In my introductory speech to the presentation of the Committee’s work that took place on 17 June I summarized the analysis that we made of the underlying reasons why the First Memorandum was imposed on the Greek people as from May 2010. The speech is available here. It was very well received.

I would change nothing in this declaration.

History repeats itself

In a study conducted in September 2015 two economists, Carmen Reinhart and Christoph Trebesch, analysed the debt crises that Greece has been through since the 1820s and independence, from the perspective of dependence on external financing |60|. The two authors, academics with a favourable attitude towards the capitalist system, emphasize how the debt crises that have repeatedly hit Greece are mainly the result of inflow of private foreign capital followed by cessation of the flow. They claim that the crisis affecting Greece and other peripheral countries is not a public-debt crisis, but rather a crisis of external debt (p. 1). They draw a parallel with the external debt crisis that affected Latin America in the 1980s, pointing out the symmetry of situation between debtor countries and creditor countries once a crisis has broken. While Greece was plunged into economic depression after 2010, Germany went through a period of growth. Similarly, the countries of Latin America went through deep depression between the time when the crisis struck in 1982 and the early 1990s, while the economy of the United States, as creditor of the Latin American countries, gradually improved (p. 2).

They note that the most prosperous period for the Greek economy was between 1950 and 2000, when financing was mainly based on the country’s internal resources and did not depend on foreigners (p. 2).

On the other hand, they show that at each crisis of external debt that Greece has known (they list four major ones), when the capital flow from external private creditors (that is, banks) has dried up, the governments of several European powers have got together to lend public money to Greece and rescue the foreign banks. The coalition of powers dictated policies to Greece that served their own interests and those of a few big private banks with which they colluded. Each time, the aim of the policies was to free up the fiscal (budgetary) resources required to repay the debt. This meant a reduction in social spending and public investments. Thus through a variety of ways and means, Greece and the Greek people have been denied the exercise of their sovereignty. This is how Greece as a country has been kept subordinate and peripheral. My own historical research on Greek debt since the 1820s |61| reaches conclusions that are not very different. Carmen Reinhart and Christoph Trebesch insist on the need for a very significant reduction of Greek debt and they reject solutions that consist of rescheduling debt repayments (p. 17). For my part, in the present study, I conclude that the debt claimed by the Troika (the IMF, ECB and the European Commission) must be cancelled.

Conclusion

The Greek crisis that broke out in 2010 was caused by bankers (foreign and Greek) and not by excessive public spending on the part of a State supposedly too generous in social terms. The crisis was produced when the private foreign banks turned off the credit tap, firstly in the private sector, then in the public sector. The so-called aid plan for Greece was designed to serve the interests of private bankers and the dominant countries of the Eurozone. The debts claimed from Greece since 2010 are odious, as they were accumulated in the pursuit of objectives that clearly go against the interests of the population. The creditors were fully aware of this and exploited the situation. These debts must be cancelled.

This research examines in depth and confirms what the Greek Debt Truth Committee showed in 2015, both in its preliminary report of June 2015 and its September 2015 report on the Third Memorandum.

The next study will examine the development of the banking crisis between 2010 and 2016, the restructuring of Greece’s debt in March-April 2012 and the recapitalization of the banks.

Acknowledgements

The author would like to thank the following for reading through the text and making suggestions: Thanos Contargyris, Alexis Cukier, Marie-Laure Coulmin, Romaric Godin, Pierre Gottiniaux, Fotis Goutziomitros, Michel Husson, Nathan Legrand, Ion Papadopoulos, Anouk Renaud, Patrick Saurin, Adonis Zambelis. He also thanks Daniel Munevar, who assisted him in his research and provided a series of graphs.

The author accepts full and sole responsibility for any errors that may occur in this work.

English translation by Snake Arbusto, Vicki Briault, Mike Krolikowski and Christine Pagnoulle

Footnotes

|1| German banks also had to be bailed out with public money, but considering the size of its economy and the resources the government could call upon, Germany was less shattered than other economies.

|2| These financial flows were volatile and speculative in that they were not intended for investment in the productive system of the targeted countries but mainly for consumer credit, mortgages and financial securities.

|3| In Cyprus the crisis broke out in 2012 and led to a Memorandum of Understanding in March 2013.

|4| See http://www.cadtm.org/What-is-to-be-Done-with-the-Banks,13315

|5| Papandreou in Greece, Zapatero then Rajoy in Spain, the Irish government, as well as (of course) Merkel, Sarkozy (then Hollande), the governments of the Benelux countries…

|6| Christos Laskos & Euclid Tsakalotos, Crucible of Resistance: Greece, the Eurozone & the World Economic Crisis, Pluto Press, London, 2013, pp. 18-21.

|7| We will see farther on that due to connivance with the Eurozone authorities and successive governments, those four banks achieved control over 98% of the Greek banking market from 2014 onward.

|8| Let us remember that at about the same time in the US, speculation in the dotcom field resulted in the bursting of the Internet (or new technology) bubble from March 2000. In just two years (2000-2001), benefits the 4,300 Nasdaq companies had accumulated since 1995 ($145 billion) disappeared into thin air.

|9| Greece entered the Eurozone on 1 January 2002.

|10| Graph taken from C. Lapavitsas, A. Kaltenbrunner, G. Lambrinidis, D. Lindo, J. Meadway, J. Michell, J.P. Painceira, E. Pires, J. Powell, A. Stenfors, N. Teles: The Eurozone Between Austerity and Default, September 2010, http://www.researchonmoneyandfinance.org/index.php/publication/eurozone-reports/33-second-rmf-report-on-the-eurozone-crisis-eurozone-between-austerity-and-default

|11| The same phenomenon was in evidence at the same time in Portugal, Spain, Ireland and the Central and Eastern European countries.

|12| As presented in the pie-chart, the main holders of Greek debt securities (i.e. the banks in the countries mentioned) are France, Germany, Italy, Belgium, the Netherlands, Luxembourg and the UK, while other holders are put together in “Rest of World”. The chart comes from Lapavitsas, op. cit., p. 10.

|13| From an article in the New York Times (29 April 2010): “Germany Already Carrying a Pile of Greek Debt”, http://www.nytimes.com/2010/04/29/business/global/29banks.html accessed on 1 November 2016.

|14| In the case of Greece, Greek pension funds were highly exposed, which meant a drastic reduction of income for retired people and for the social security system when the Troika enforced a 50% haircut on Greek debt securities in 2012 (see below).

|15| Source: Yanis Varoufakis, And the Weak Suffer What They Must? Europe’s Crisis and America’s Economic Future, Nation Books, 2016, pp. 147-8.

|16| This table and the following are from: Patrick Saurin, “La ‘Crise grecque’, une crise provoquée par les banques” (The ‘Greek Crisis’ a Bank-provoked crisis), http://www.cadtm.org/La-Crise-grecque-une-crise (in French)

|17| The increase in deposits by households and businesses mainly originated not from their own savings but from money lent to them by the banks. In other words the increase in household and small-business deposits is partly a consequence of their higher level of indebtedness.

|18| ROE, Return on Equity, measures the profitability of the equity of a company. It is a ratio that compares the equity to the result.

|19| See: Patrick Saurin, “La ‘Crise grecque’, une crise provoquée par les banques (The “Greek Crisis” a Bank-provoked crisis)”, http://www.cadtm.org/La-Crise-grecque-une-crise (in French). Retrieved 3 November 2016.

|20| http://www.credit-agricole.com/modules/emporiki_2006/pdf/CA_FIN_EMPORIKI_SUCCES.pdf Retrieved 3 November 2016

|21| Source: Les Grecs contre l’austérité - Il était une fois la crise de la dette (Greeks Against Austerity - Once Upon A Time There Was A Debt Crisis), collective work, Le Temps des Cerises, Paris, November 2015 (in French)

|22| See: http://www.statistics.gr/el/statistics/-/publication/SAM05/2001 (in French).

|23| IMF (2009) “Greece: 2009 Article IV Consultation”. IMF Country Report No. 09/244. Retrieved from https://www.imf.org/external/pubs/ft/scr/2009/cr09244.pdf

|24| The Eurosystem, of which the European System of Central Banks (ESCB) is a part, is directed by ECB rules, regulations and decisions. To achieve the goals of the ESCB, the ECB and the national Central Banks may intervene on the capital markets, by purchasing or selling on the spot or futures markets, by holding or otherwise managing securities and negotiable bonds in European Community or non-European Community currencies and in precious metals, or they may make credit agreements with other market actors based on appropriate guarantees for credit.
It is prohibited for the ECB or national central banks to grant loans, credit or overdrafts to public institutions or bodies of the European Community, whether they be national administrations, regional or local authorities, other public authorities, other bodies or public companies of member States; it is also prohibited for the ECB or the national central banks to buy the instruments of their own debt from these same institutions. Nevertheless, since 2010-2011 through different programmes, the ECB has been massively purchasing certain such instruments from the private banks, which suits the latter very well. Since 2015, in the framework of ‘quantitative easing’ policies the ECB has again increased its purchases of sovereign debt from private banks.

|25| http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/BRIE/2016/574400/IPOL_BRI%282016)574400_EN.pdf

|26| According to Christos Laskos and Euclide Tsakalotos, of the 879,318 companies recorded (all activities included), 844,917 or 96.1% employed between 1 and 4 individuals! Still, according to the same authors, in 2010, 58.7% of the Greek work force were employed in companies with nine or fewer employees, whereas the EU average is 41.1%. Source: Christos Laskos & Euclid Tsakalotos, Crucible of Resistance: Greece, the Eurozone & the World Economic Crisis, Pluto Press, London, 2013, p. 46.

|27| GreekReporter. (2015). “Hellenic Postbank Scandal will Cost Greek State About 500 mln Euros”. Retrieved February 1, 2016, from http://greece.greekreporter.com/2015/10/02/hellenic-postbank-scandal-will-cost-greek-state-about-500-mln-euros/

|28| DW. (2014). “Greek bankers embroiled in corruption scandal”. Retrieved February 1, 2016, from http://www.dw.com/en/greek-bankers-embroiled-in-corruption-scandal/a-17387888

|29| Ekathimerini. (2015). “Minister says ATE bank scandal is biggest of its type”. Retrieved February 1, 2016, from http://www.ekathimerini.com/200923/article/ekathimerini/news/minister-says-ate-bank-scandal-is-biggest-of-its-type

|30| Ibid.

|31| Reuters. (2012). “Special Report: How a Greek bank infected Cyprus”. Retrieved February 1, 2016, from http://uk.reuters.com/article/us-greece-marfin-idUSBRE85C0M920120613

|32| ThePressProject. (2014). “George Provopoulos: the most powerful man in Greece a few months ago, now a suspect in a bank probe”. Retrieved February 1, 2016, from https://www.thepressproject.gr/details_en.php?aid=66331

|33| Ibid.

|34| Op. Cit. 17.

|35| On the Greek pension system, see: Michel Husson, “Pourquoi les réformes des retraites ne sont pas soutenables” (“Why the pension reforms are not sustainable”), published 28 November 2016, http://www.cadtm.org/Pourquoi-les-reformes-des (in French)

|36| Le Monde, “Les Grecs se disent ‘humiliés’ par les propos de Christine Lagarde” (Greeks feel ‘humiliated’ by Christine Lagarde’s statements), published 27 May 2012, http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/05/27/lagarde-demande-aux-grecs-de-payer-leurs-impots_1708007_3214.html (in French)

|37| Money Market Funds (MMF) are financial companies in the USA and Europe, subject to little or no control or regulation since they do not hold banking licences.

|38| Ultimately, under the Memorandum of May 2010, the ECB agreed to allow the Greek banks to continue depositing Greek securities (both treasury bills, with a term of less than one year, and sovereign bonds for more than one year) for credit they would then use to repay their private foreign creditors, which thus afforded the latter total protection. It should be stressed that this line of credit played a very important role. The financial press barely mentioned it.

|39| The text of this Box is drawn from the Preliminary Report of the Truth Committee on the Greek Public Debt, June 2015, Chapter 2, http://www.cadtm.org/Preliminary-Report-of-the-Truth

|40| European Commission, 2010. Report On Greek Government Deficit And Debt Statistics. Available at: http://ec.europa.eu/eurostat/documents/4187653/6404656/COM_2010_report_greek/c8523cfa-d3c1-4954-8ea1-64bb11e59b3a [Accessed June 12, 2015].

|41| Greek Government, 2010. Technical Report on the Revision of Hospital Liabilities.

|42| Press Release. Ministry of Health and Social Solidarity, 2010.

|43| In March of 2010, the office in charge of official statistics, the National Statistical Service of Greece (NSSG), was renamed ELSTAT (Hellenic Statistics Authority).

|44| Among a plethora of breaches of European Law, the following violations are especially and briefly described: the criterion of the legal form and the type of state involvement; the criterion of 50%, especially the requirement of ESA95 (par. 3.47 and 3.48) about subsidies on products; this violation led to false characterization of revenue as production cost; the ESA95 (par. 6.04) about fixed capital consumption; the Regulations about Capital Injections; the ESA95 definition of government-owned trading businesses (often referred to as public corporations) as not belonging to the General Government sector; the ESA95 requirement of a long period of continuous deficits before and after the reclassification of an economic unit.

|45| According to the dominant narrative, the “bail-out of the Greeks” is financed by the taxpayers of the Eurozone or of one country or another, when in reality it is the Greek taxpayers (and more precisely, the ones at the bottom of the ladder, because proportionally it is they who pay the most taxes) who will pay for it. The taxpayers in the other countries are guarantors of part of the credits that were extended to Greece.

|46| Yanis Varoufakis, And the Weak Suffer What They Must?: Europe’s Crisis and America’s Economic Future, Nation Books, 2016

|47| Renaud Vivien, Eva Joly, “Iceland refuses its accused bankers ‘Out of Court’ settlements”, published 2 March 2016, http://www.cadtm.org/Iceland-refuses-its-accused

|48| Mayes, D. (2009). Banking crisis resolution policy - different country experiences. Central Bank of Norway. http://www.norges-bank.no/Upload/77285/Staff_memo_09_10.pdf

|49| For more on this, see: Eric Toussaint, Bancocracy, Resistance Books, IIRE/ CADTM, 2015, chapters 8, 9 and 12. See also: Eric Toussaint, “Banks bluff in a completely legal way”, published in English on 4 July 2013, http://www.cadtm.org/Banks-bluff-in-a-completely-legal

|50| Hellenic Republic Public Debt Bulletin, No. 56, December 2009.

|51| On 1 January 2010, before the Greek and the Eurozone crises broke out, Germany had to promise an interest rate of 3.4% on ten-year bonds while by 23 May 2012, the rate for the new issue of ten-year bonds had fallen to 1.4%.

|52| Bank of Greece, Economic Research Department – Secretariat, Statistics Department, Bulletin of Conjunctural Indicators, No. 124, October 2009. Available at http://www.bankofgreece.gr

|53| After the Committee had made public the most important of these confidential documents, the totality were made entirely public on line: Office memorandum - Subject: Board meeting on Greece’s request for an SBA - May 9, 2010. The verbatim: “Minutes of IMF Executive Board Meeting”, 9 May, 2010; the report and record of decisions: “Board meeting on Greece’s request for an SBA”, Office memorandum, May 10, 2010.

|54| At the time, Christine Lagarde was still Minister in France’s Sarkozy government. She became the CEO of the IMF in 2011 after Dominique Strauss-Kahn resigned.

|55| http://adlib.imf.org/digital_assets... 2010/EBM/353745.PDF p.68

 

|56| See the Office Memorandum of the IMF direction meeting held on 10 May 2010, at the end of point 4 page 3, “The Dutch, French, and German chairs conveyed to the Board the commitments of their commercial banks to support Greece and broadly maintain their exposures.” http://gesd.free.fr/imfinter2010.pdf

|57| See in the Office Memorandum of the IMF direction meeting held on 10 May 2010, point 7 page 3, that quite clearly states that several IMF executives reproached the direction for having quietly changed the rules. http://gesd.free.fr/imfinter2010.pdf

|58| Moreover Trichet adopted exactly the same attitude towards Ireland six months later in November 2010.

|59| From “Minutes of IMF Executive Board Meeting”, May 9, 2010. See the excellent article by Michel Husson, http://www.cadtm.org/Grece-les-erreurs-du-FMI (Greece: the IMFs ‘Mistakes’) (in French or Spanish.)

|60| Carmen M. Reinhart and Christoph Trebesch, “The Pitfalls of External Dependence: Greece, 1829-2015”, Brookings Papers, 2015.

|61| Eric Toussaint, “Newly Independent Greece Had an Odious Debt Round Her Neck”, published in English 26 April 2016, http://www.cadtm.org/Newly-Independent-Greece-had-an and “Greece: Continued Debt Slavery from the End of the 19th Century until the Second World War” published in English 17 May 2016, http://www.cadtm.org/Greece-Continued-debt-slavery-from

Author

2017 01 10 16 eric2Eric Toussaint is a historian and political scientist who completed his Ph.D. at the universities of Paris VIII and Liège, is the spokesperson of the CADTM International, and sits on the Scientific Council of ATTAC France. He is the author of Bankocracy (2015); The Life and Crimes of an Exemplary Man (2014); Glance in the Rear View Mirror. Neoliberal Ideology From its Origins to the Present, Haymarket books, Chicago, 2012 (see here), etc. See his bibliography: https://en.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Toussaint He co-authored World debt figures 2015 with Pierre Gottiniaux, Daniel Munevar and Antonio Sanabria (2015); and with Damien Millet Debt, the IMF, and the World Bank: Sixty Questions, Sixty Answers, Monthly Review Books, New York, 2010. Since the 4th April 2015 he is the scientific coordinator of the Greek Truth Commission on Public Debt.

Grèce : Les banques sont à l’origine de la crise

Les dettes réclamées à la Grèce sont odieuses

par Eric Toussaint

2016 12 28 00 ericCette étude démontre que la crise grecque qui a éclaté en 2010 est d’origine bancaire privée. Elle n’est pas le résultat d’un excès de dépenses publiques. Le soi-disant plan d’aide à la Grèce a été conçu pour servir les intérêts des banquiers privés et ceux des pays qui dominent la zone euro. L’adoption de l’euro par la Grèce a joué un rôle important dans les facteurs qui ont contribué à la crise. L’analyse contenue dans ce texte a été présentée à Athènes le 6 novembre 2016 lors de la réunion de la Commission pour la vérité sur la dette publique grecque.

Pour la période 1996-2008, à première vue, l’évolution de l’économie grecque ressemble à une success story ! L’intégration de la Grèce au sein de l’Union européenne et à partir de 2001 dans la zone euro a l’air de réussir. Le taux de croissance économique est élevé, plus élevé que celui des économies les plus fortes d’Europe.

En réalité, ce succès apparent cachait un vice, tout comme cela a été le cas dans un grand nombre de pays : non seulement l’Espagne, le Portugal, l’Irlande, Chypre, les républiques baltes, la Slovénie, mais également la Belgique, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, l’Autriche… qui ont été très affectés par la crise bancaire à partir de 2008 |1|. Sans oublier l’Italie rattrapée par la crise bancaire quelques années après les autres.

Au début des années 2000, la création de la zone euro a généré d’importants flux financiers volatils et souvent spéculatifs |2| qui sont allés des économies du Centre (Allemagne, France, Benelux, Autriche,…) vers les pays de la périphérie (Grèce, Irlande, Portugal, Espagne, Slovénie, etc.).

Les grandes banques privées et d’autres institutions financières des économies du centre ont prêté de l’argent aux secteurs privé et public des économies périphériques car il était plus profitable d’investir dans ces pays que dans les marchés nationaux des économies du centre. L’existence d’une monnaie unique, l’euro, a encouragé ces flux car il n’y avait plus de risques de dévaluation en cas de crise dans les pays de la périphérie.

Cela a créé une bulle du crédit privé, touchant principalement le secteur immobilier, mais aussi celui de la consommation. Le bilan des banques de la périphérie a fortement augmenté.

En Irlande, la crise a explosé en septembre 2008, lorsque d’importantes banques ont fait faillite suite à l’effondrement de Lehman Brothers aux États-Unis. En Espagne, en Grèce et au Portugal, la crise a débuté plus tard, en 2009-2010 |3|.

L’explosion de la bulle du crédit privé en 2009-2010 (provoquée par la récession internationale qui avait suivi la crise des subprimes aux États-Unis et sa contamination aux banques des économies européennes du centre) et notamment la crise du secteur bancaire ont conduit à des sauvetages (bail-out) massifs des banques privées.

Ces sauvetages ont provoqué une énorme augmentation de la dette publique. En effet l’injection de capitaux publics dans les banques et les autres mécanismes de sauvetage ont été très coûteux.

Il est clair qu’il NE fallait PAS recourir au bail-out des banques et qu’il NE fallait PAS socialiser leurs pertes privées.

Il fallait recourir au bail-in des banques : organiser leur faillite ordonnée et faire payer le coût de l’assainissement par les grands actionnaires privés et les grands créanciers privés. Il fallait également en profiter pour organiser la socialisation du secteur financier. C’est-à-dire exproprier le secteur bancaire privé et le transformer en un service public |4|.

Mais il y avait d’importants liens, et même une complicité, entre les gouvernements des pays de la zone euro |5| et le secteur bancaire privé. Les gouvernements ont donc décidé d’utiliser de l’argent public pour sauver des banquiers privés.

Puisque les États de la périphérie n’étaient pas assez forts financièrement pour organiser eux-mêmes le bail-out de leurs banques afin de mettre à l’abri les banques françaises, allemandes, etc., les gouvernements des économies du centre (Allemagne, France, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Autriche, etc.) et la Commission européenne (parfois avec l’aide du FMI) ont mis en œuvre les tristement célèbres Memorandums of Understanding (MoU) ou « protocoles d’accord ». Grâce à ces MoU, les grandes banques privées et d’autres grandes institutions financières privées d’Allemagne, de France, des pays du Benelux et d’Autriche (c’est-à-dire le secteur financier privé des économies du Centre) ont pu réduire leur exposition dans les économies périphériques. Les gouvernements et les institutions européennes ont profité de cette occasion pour renforcer l’offensive du capital contre le travail ainsi que pour réduire la possibilité d’exercice des droits démocratiques à travers toute l’Europe.

La manière dont la zone euro a été construite et la crise du système capitaliste sont responsables de la crise des pays périphériques que nous pouvons observer depuis 2009-2010.

Les étapes qui ont mené à la crise grecque de 2010

À partir de 1996, sous la conduite du premier ministre Kostas Simitis (PASOK), la Grèce s’est engagée encore un peu plus dans le modèle néolibéral qui avait commencé à être appliqué à partir de 1985 quand Andreas Papandreou, après un début prometteur, a pris le même virage que François Mitterrand avec deux années de décalage |6|.

Entre 1996 et 2004, au cours des deux mandats de Kostas Simitis, a été mis en pratique un programme impressionnant de privatisations (ce n’est pas sans rappeler le bilan du gouvernement socialiste de Lionel Jospin – 1997-2002 – qui à la même période a réalisé en France d’importantes privatisations que la droite et le patronat rêvaient d’accomplir depuis les années 1980).

En matière de baisse d’impôts sur les profits des entreprises, la Grèce est allée plus loin que la moyenne de l’UE. Des mesures visant à la précarisation du travail et revenant sur les conquêtes de la période 1974-1985 ont été adoptées. De même, le gouvernement socialiste a favorisé une forte déréglementation du secteur financier (qui s’accomplissait également dans les autres pays de l’UE et aux États-Unis) qui s’est traduit par une forte augmentation de son poids dans l’économie.

Les banques grecques se sont développées dans les Balkans et la Turquie, ce qui a renforcé la trompeuse impression de réussite.

Lors de cette période, la croissance du PIB grec a été supérieure à la moyenne de l’UE, le PIB par habitant était en plein rattrapage par rapport à la moyenne, l’Indice de Développement Humain progressait. La croissance était forte dans certains secteurs de pointe comme l’équipement électrique et optique. De même dans le secteur des ordinateurs. Mais en réalité, en approfondissant l’intégration de la Grèce dans l’UE puis dans la zone euro, les dirigeants grecs et les grands groupes privés ont renforcé la subordination du pays et ont réduit ses possibilités réelles de développement économique et social.

Évolution des banques et financiarisation de l’économie grecque avant l’entrée dans la zone euro

Jusqu’en 1998, 70 % du système bancaire grec était public. Les crédits octroyés par les banques représentaient environ 80 milliards € tandis que les dépôts représentaient 85 milliards €, un signe de bonne santé (voir plus loin). Par la suite, la situation changea radicalement. Durant la période 1998-2000, les banques publiques furent vendues à des prix bradés au capital privé et quatre grandes banques émergèrent, représentant 65 % du marché bancaire |7| : la Banque nationale de Grèce, Alpha Bank, Eurobank et Piraeus Bank. Parmi ces quatre banques, la Banque nationale de Grèce restait sous contrôle indirect de l’État.

Durant la même période, sous la conduite du socialiste Kostas Simitis, la déréglementation bancaire battait son plein, tout comme dans d’autres parties du monde. Rappelons que c’est en 1999 que le Glass Steagal Act, institué par l’administration Roosevelt pour répondre à la crise bancaire de 1933 aux États-Unis, a été abrogé par l’administration démocrate de Bill Clinton. Cette abrogation, qui a mis fin à la séparation entre les banques de dépôt et les banques d’affaires, a accéléré le processus de déréglementation qui a conduit aux crises de 2000-2001 et de 2007-2008. En Grèce, le gouvernement accompagna les banques privées (qui diminuèrent la rémunération des dépôts) dans une campagne de communication agressive afin d’inciter les ménages de la classe moyenne, les entreprises et les fonds de pension à investir en bourse ; ainsi le gouvernement ne taxait pas les plus-values mobilières. Cette économie casino finit par générer une bulle boursière qui éclata en 2000, occasionnant des pertes dramatiques pour les ménages, les PME et le système des retraites qui avaient investi des sommes considérables |8|. Il faut savoir également que la bulle boursière a donné l’occasion aux riches investisseurs de procéder en toute tranquillité à un blanchiment d’argent sale.

Évolution de la dette privée et publique grecque à partir de 2000-2001

La dette du secteur privé s’est largement développée au cours des années 2000. Les ménages, auxquels les banques et tout le secteur commercial privé (grande distribution, automobile, construction…) proposaient des conditions de crédit alléchantes, ont eu massivement recours à l’endettement, tout comme les entreprises non financières et les banques qui pouvaient emprunter à bas coût (taux d’intérêts réels bas dus notamment à une inflation plus forte en Grèce que dans les pays les plus industrialisés de l’Union européenne tels l’Allemagne, la France, le Benelux,...). De plus le passage à l’euro |9| avait provoqué une augmentation importante du coût de la vie pour les ménages, dans un pays où les dépenses pour l’alimentation de base représentaient près de 50% du budget familial. Cet endettement privé a été le moteur de l’économie de la Grèce comme il l’a été en Espagne, en Irlande, au Portugal, en Slovénie et dans d’autres pays de l’ancien bloc de l’Est qui ont adhéré à l’UE. Grâce à un euro fort, les banques grecques (auxquelles il faut ajouter les filiales grecques des banques étrangères) pouvaient étendre leurs activités internationales et financer à moindre coût leurs activités nationales. Elles ont emprunté à tour de bras. Le tableau ci-dessous montre que l’adhésion de la Grèce à la zone euro en 2001 a accéléré et amplifié les entrées de capitaux financiers qui correspondent à des prêts ou à des investissements de portefeuille (Non-IDE dans le tableau, c’est-à-dire des entrées qui ne correspondent pas à des investissements de longue durée) tandis que l’investissement de longue durée (IDE – Investissement direct à l’étranger) a stagné.

Graphique 1 – Entrées de capitaux financiers en Grèce (1999-2009)

2016 12 28 01 graphique 1

Source : FMI |10|

Avec les énormes liquidités mises à leur disposition par les banques centrales en 2007-2009, les banques de l’Europe de l’Ouest (surtout les banques allemandes, françaises, mais aussi les banques italiennes, belges, néerlandaises, britanniques, luxembourgeoises…) ont continué à prêter massivement à la Grèce (au secteur privé et aux pouvoirs publics). Il faut y ajouter des banques de Suisse et des États-Unis. Il faut aussi prendre en compte le fait que l’adhésion de la Grèce à l’euro a constitué un gage de confiance supplémentaire aux yeux des banquiers d’Europe de l’Ouest qui étaient convaincus que leurs États respectifs leur viendraient en aide en cas de problème. Ces banquiers ne se sont pas préoccupés de la capacité de la Grèce à rembourser le capital prêté et ont considéré qu’ils pouvaient prendre des risques très élevés en Grèce. L’histoire leur a donné raison jusqu’ici : la Commission européenne et, en particulier, les gouvernements français et allemand, ont apporté un soutien sans faille aux banquiers privés d’Europe occidentale. Mais en acceptant de socialiser les pertes des banques, les gouvernants européens ont mis les finances publiques dans un état lamentable.

Le graphique ci-dessous montre que les banques des pays d’Europe de l’Ouest ont augmenté leurs prêts à la Grèce. Une première fois entre décembre 2005 et mars 2007 (pendant cette période, le volume des prêts a augmenté de 50 %, passant d’un peu moins de 80 milliards à 120 milliards de dollars). Puis, alors que la crise des subprimes avait éclaté aux États-Unis, les prêts ont de nouveau augmenté fortement (+33 %) entre juin 2007 et l’été 2008 (passant de 120 à 160 milliards de dollars). Ils se sont ensuite maintenus à un niveau très élevé (environ 120 milliards de dollars). Cela signifie que les banques privées d’Europe occidentale ont utilisé l’argent que leur prêtaient massivement et à bas coût la Banque centrale européenne et la Réserve fédérale des États-Unis pour augmenter leurs prêts à des pays comme la Grèce |11|. Là-bas, les taux étant plus élevés, elles ont pu faire de juteux profits. Les banques privées ont donc une très lourde part de responsabilité dans l’endettement excessif des secteurs privé et public grecs.

Graphique 2 – Évolution des engagements des banques d’Europe occidentale à l’égard de la Grèce (en milliards de dollars)

2016 12 28 02 graphique 2

Source : BRI - BIS consolidated statistics, ultimate risk basis (repris de Costas Lapavitsas, ... « The eurozone between austerity and default »)

Comme le montre l’infographie ci-dessous, l’écrasante majorité des dettes grecques externes était détenue par des banques européennes, en particulier des banques françaises, allemandes, italiennes, belges, hollandaises, luxembourgeoises et britanniques.

Graphique 3 – Détenteurs étrangers (qui sont quasi exclusivement des banques étrangères et d’autres sociétés financières) des titres de la dette grecque (fin 2008) |12|

2016 12 28 03 graphique 3

Source : CPIS in Costas Lapavitsas « The eurozone between austerity and default »

Selon une étude de Barclays portant sur la dette extérieure de la Grèce au 3e trimestre 2009, la répartition est grosso modo la même (attention, ci-dessous les montants sont exprimés en dollars US) |13|. L’intérêt de l’infographie ci-dessous est de montrer que les grands groupes d’assurance français étaient très exposés, de même que des fonds d’investissement basés au Luxembourg |14|.

Graphique 4 - Les créanciers de la dette grecque

La Grèce était endettée à hauteur d’environ 390 milliards de dollars US à la fin du troisième semestre de l’année 2009. Près des trois quarts de cette dette sont détenus par des institutions étrangères, majoritairement européennes.

2016 12 28 04 graphique 4 

 Source : FMI, Barclays Capital

Dans un livre publié en 2016, Yanis Varoufakis décrit les motivations des banques privées allemandes, françaises, etc. qui ont prêté massivement au sein de la zone euro aux pays de la périphérie européenne avec le soutien de leur gouvernement. Voici un large extrait : « Quand les marchés ont été convaincus que personne ne quitterait jamais la zone euro, les banquiers allemands et français se sont mis à regarder un emprunteur irlandais ou grec comme l’équivalent d’un client allemand de même solvabilité. C’était logique. Si les emprunteurs portugais, autrichiens et maltais étaient tous payés en euros, pourquoi les traiter différemment ? Et si le risque qu’il y avait à prêter à tel individu, entreprise ou État particulier ne comptait pas, puisque les prêts, aussitôt après leur signature, seraient éparpillés à travers l’ensemble de l’univers connu, pourquoi ne pas traiter de la même façon les débiteurs en perspective dans toute la zone euro ?

Puisque les Grecs et les Italiens gagnaient à présent de l’argent dans une devise qui ne pourrait jamais plus être dévaluée face à la monnaie allemande, les banques allemandes et françaises ont cru qu’il était aussi avantageux de prêter dans les pays méditerranéens qu’aux Pays-Bas ou en Allemagne.

En fait, une fois l’euro inventé, il était plus lucratif de prêter aux particuliers, aux entreprises et aux banques des États-membres déficitaires qu’à des clients allemands ou autrichiens. Pourquoi ? Parce qu’en Grèce, en Espagne, en Italie du Sud, l’endettement privé était extrêmement faible. Certes, les gens étaient en général plus pauvres qu’en Europe du Nord, habitaient des logements plus modestes, conduisaient des voitures plus anciennes, et ainsi de suite, mais leur logement était à eux, ils n’avaient pas d’emprunt en cours sur leur véhicule et ils vouaient souvent à la dette l’aversion profonde qu’engendre le souvenir encore frais de la pauvreté. Les banquiers adorent les emprunteurs qui ont peu de dettes et un petit nantissement – une ferme, ou un appartement à Naples, à Athènes ou en Andalousie. Une fois dissipée la crainte de la dévaluation des lires, drachmes ou pesetas qu’ils avaient dans la poche, ces Méridionaux sont devenus les clients que des banquiers comme Franz ont eu pour instruction de cibler. »

Dans son exposé, Yanis Varoufakis fait référence à une conversation qu’il a eue en 2011 avec Franz, un fondé de pouvoir d’une banque allemande :
« Franz n’a pas ménagé ses efforts pour me faire mesurer la soudaineté et la puissance de l’offensive de sa banque sur la périphérie de l’Europe. Son nouveau business plan était clair et net : s’assurer une plus grosse part du marché de la zone euro que les autres banques, les banques françaises en particulier, elles aussi en train de prêter à tout-va. Ce qui ne pouvait avoir qu’un sens : prêter dans les pays déficitaires, qui offraient aux banquiers un triptyque d’avantages.

Premièrement, la faiblesse de l’endettement privé laissait une énorme marge à une croissance massive des prêts. Lorsqu’ils faisaient un calcul approximatif, les banquiers français et allemands salivaient à la pensée des perspectives de crédit en Méditerranée, au Portugal et en Irlande. Contrairement aux clients britanniques ou néerlandais qui, endettés jusqu’aux oreilles, ne pouvaient emprunter qu’un peu ou pas du tout, les clients grecs et espagnols pouvaient quadrupler leurs emprunts, tant ils en avaient peu au départ. Deuxièmement, les exportations des pays excédentaires vers les pays déficitaires accueillis dans l’euro étaient désormais à l’abri des dévaluations des monnaies faibles, qui n’existaient plus. Aux yeux des banquiers, un cercle vertueux était à l’œuvre : l’augmentation de leurs prêts aux pays déficitaires laissait prévoir une accélération de leur croissance intérieure, qui justifiait donc les prêts qu’ils leur faisaient. Troisièmement, les banquiers allemands étaient en extase devant la différence entre les taux d’intérêt qu’ils pouvaient facturer en Allemagne et ceux qui avaient cours dans des pays comme la Grèce. Le grand écart entre les deux était une conséquence directe du déséquilibre commercial entre les pays. Un gros excédent commercial signifie que les voitures et les lave-linge vont du pays en excédent au pays en déficit et l’argent en sens inverse. Le pays excédentaire est inondé de « liquidités » – de fonds qui s’y accumulent en proportion des exportations nettes qu’il déverse sur son partenaire commercial. Puisqu’il y a de plus en plus d’argent dans les banques du pays en excédent – à Francfort pour être précis –, il devient plus disponible, donc moins cher à emprunter. Autrement dit, son prix baisse. Et quel est le prix de l’argent ? Le taux d’intérêt ! Les taux d’intérêt en Allemagne étaient donc beaucoup plus bas qu’en Grèce, en Espagne et autres pays du même genre, où les sorties d’argent – puisque les Grecs et les Espagnols achetaient de plus en plus de Volkswagen – maintenaient le prix des euros en Europe du Sud plus haut qu’en Allemagne. » |15|

La bulle du crédit privé générée par l’action conjuguée des banques grecques et étrangères avec le soutien des gouvernements

Les banques grecques ont poussé leurs clients à recourir massivement au crédit pour financer leur consommation. Comme le montre le graphique 4 les crédits aux ménages ont été multipliés par 5 entre 2001 et 2008 ; quant aux crédits aux entreprises non financières, ils ont été multipliés par 2,5. Par contre, sur cette même période, les banques grecques ont réduit leurs crédits aux pouvoirs publics.

Graphique 5 - Crédits des banques grecques aux acteurs nationaux
(2001-2008)

2016 12 28 05 Graphique 5Source : Bank of Greece

Le graphique 6, qui porte sur l’évolution de la composition de la dette grecque totale pendant la période 1997-2009, permet de visualiser la forte augmentation de la dette des ménages, des sociétés financières (principalement les banques) et des sociétés non financières. Par contre, on constate une diminution de la part correspondant à la dette publique qui passe de 70% à 42% entre 1997 et 2009.

Graphique 6 - La dette grecque par secteur (en % du total)

2016 12 28 06 graphique 6

Source : Bank of Greece, QEDS, IMF (repris de Costas Lapavitsas, ... « The eurozone between austerity and default »)

Le tableau 1 indique clairement l’augmentation très importante du crédit des banques aux ménages et aux entreprises non financières.

Tableau 1. Évolution des encours de crédit des banques de Grèce aux ménages et aux entreprises de décembre 1998 à décembre 2010 (en millions d’euros) 2016 12 28 07 tableau 1

Source : Banque de Grèce |16|

Le tableau 2 montre que l’augmentation des dépôts est nettement inférieure à celle des crédits telle que mesurée dans le tableau 1.

Tableau 2. Évolution des encours de dépôts et repos (titres mise en pension) des ménages et des entreprises en Grèce de décembre 1998 à décembre 2010 (en millions d’euros)

2016 12 28 08 tableau 2

Source : Banque de Grèce

En 1998, les dépôts dans les banques représentaient plus du double des crédits octroyés par celles-ci au secteur privé, ce qui indiquait une situation saine. Par contre, on constate qu’en 2008, la situation s’est gravement détériorée : les dépôts sont désormais inférieurs aux crédits |17|. Les banques grecques ont profité de l’offre de financement extérieur provenant des banques françaises, allemandes, etc.

Les emprunts des banques grecques aux banques étrangères ont été multipliés par 6,5 entre 2002 et 2009, passant de 12,3 milliards € à 78,6 milliards €. Si on inclut dans le calcul d’autres sources de financement privé externes (fonds d’investissement, sociétés d’assurances, money market funds…), la dette externe des banques grecques est passée de 19 milliards € en janvier 2002 à 112 milliards € à la fin 2009.

Le problème ne s’arrête pas là : les banques grecques empruntaient à court terme sur le marché interbancaire étranger (de même, la majorité des dépôts bancaires des Grecs étaient à court terme, et bien sûr ils constituaient également, comme nous l’avons vu, une source de financement des banques) et prêtaient à long ou moyen terme à leurs clients notamment pour des investissements immobiliers ou l’achat de biens de consommation durables (automobiles, équipement électroménager, etc.), ce qui les rendaient très vulnérables aux évolutions des marchés financiers et aux retraits de dépôts.

Pourtant, cette détérioration minant le bilan des banques n’est pas du tout reflétée par l’évolution de leur rentabilité. En 2005, selon une étude de la banque centrale de Grèce, les profits bancaires ont augmenté de 198 %. Dans le même temps, les impôts qu’elles ont payés cette année-là ont diminué de 18,8 %. Le ROE |18| des banques a atteint le pourcentage effarant de 26% alors que la moyenne dans l’UE était de 17,4 %.

Cette course à la rentabilité à court terme a décidé les banques françaises à procéder à l’acquisition de banques grecques en vue de faciliter et dynamiser leurs investissements dans ce qu’elles considéraient comme un nouvel Eldorado |19|. En mars 2004, la Société Générale acquiert la majorité du capital de la Banque Générale de Grèce (50,01 %) qui est rebaptisée Geniki Bank. En août 2006, c’est au tour de Crédit Agricole S.A. de réaliser une OPA sur Emporiki Bank S.A. Dans un communiqué de l’époque, Georges Pauget, Directeur Général de Crédit Agricole S.A. justifiait ce choix en ces termes : «  … cette acquisition… nous donne accès à un marché en croissance dans une région en rapide expansion. » |20| René Carron, Président de Crédit Agricole S.A., a déclaré : « Je suis ravi du succès de l’offre concernant Emporiki et voudrais exprimer ma reconnaissance au gouvernement grec et aux autres actionnaires pour la confiance qu’ils nous ont témoignée en apportant leurs actions à l’offre. Cette transaction marque une étape majeure dans notre stratégie internationale et contribuera à notre objectif d’augmentation de notre produit net bancaire sur des opérations non françaises. »

Il faut noter que l’annonce par le gouvernement début 2005 que les chantiers de construction dont les permis de construire seraient émis après le 1er octobre 2006 ne bénéficieraient plus d’exemption de TVA, provoqua un boom de construction dans tout le pays, accompagné d’une explosion des emprunts immobiliers, alors que la demande de logements était largement comblée en Grèce car, en 2001, pour une population de 11 millions d’habitants, on recensait déjà 5,4 millions de logements privés, dont 1,4 millions d’habitations inoccupées, selon les chiffres fournis par l’office des statistiques, Elstat. Cela alimenta la bulle spéculative du crédit privé |21|. Lors du recensement de 2011, on a comptabilisé 6,4 millions de logements privés, dont 2.5 millions de logements vides |22|.

Détérioration brutale de la situation des banques en 2008-2009 en conséquence des risques démesurés qu’elles ont pris et de l’éclatement de la bulle du crédit qu’elles avaient généré

En septembre-octobre 2008, suite à la faillite de Lehman Brothers aux États-Unis et à ses effets immédiats sur les banques d’Europe occidentale (faillites bancaires en Irlande, au Royaume-Uni, en Islande, en Belgique, en Allemagne), les banques ne se font plus confiance et les prêts interbancaires se tarissent complètement, phénomène désigné sous l’appellation de « credit crunch ». Les banques grecques qui dépendent de manière importante de ce type de financement se retrouvent dans une situation critique. La valeur de leurs actions s’effondre dans la deuxième moitié de 2008 pour s’établir à 20 % du niveau atteint début 2007. Au même moment, les taux qu’elles doivent payer pour se financer augmentent de 500 points de base, c’est-à-dire de 5% |23|.

Les banques grecques ne s’en sortent que grâce aux liquidités mises à leur disposition par la banque centrale de Grèce dans le cadre de la politique de la BCE d’octroi massif de liquidités aux banques de l’ensemble de la zone euro (politique également suivie par la Réserve fédérale des États-Unis, la Banque d’Angleterre et la Banque centrale suisse).

Dans le graphique ci-dessous, on peut constater très clairement en suivant l’évolution de la ligne verte qu’à partir de septembre 2008, les banques grecques augmentent de manière significative le recours au financement que leur octroie la Banque centrale de Grèce dans le cadre de l’eurosystème avec l’accord de la BCE |24|.

Graphique 7 – Évolution du financement des banques grecques par la banque centrale de Grèce (ligne verte) et de la détention par les banques grecques des titres publics grecs (2007-2010) en milliards € (ligne bleue)
2016 12 28 09 graphique 7

Légende :
Ligne bleue : Crédit des banques grecques au gouvernement.
Ligne verte : Crédit de la Banque centrale aux banques grecques

À noter que ce changement des sources principales de financement ne constitue pas une exception grecque, un tel phénomène a été observé dans la majorité des pays de l’Eurozone et au-delà. Les banques centrales sont devenues les sources principales du financement des banques privées au cours des années 2008 et 2009.

En octobre 2008, le gouvernement grec de Konstantin Karamanlis, vu la crise des banques grecques, doit annoncer un plan de sauvetage de celles-ci pour un montant de 28 milliards €, dont 3,5 milliards ont servi à une première recapitalisation des banques, le reste consistant en des garanties pour leur permettre de continuer à se financer auprès de la banque centrale. Il s’agissait aussi de rassurer les déposants afin d’éviter un « bank run » (retraits massifs entraînant la faillite bancaire).

La politique mise en œuvre par Konstantin Karamanlis n’est pas exceptionnelle. Tant aux États-Unis qu’en Europe (que ce soit dans l’Union européenne ou en Suisse), les gouvernements ont réalisé des programmes massifs d’injections de capitaux et d’octroi de garantie qui ont entraîné partout une très importante augmentation de la dette publique sans pour autant assainir durablement le secteur bancaire.

Les banques françaises, allemandes, britanniques, belges, hollandaises, suisses et nord-américaines ont fait l’objet d’aides publiques massives en 2008-2009 qui se sont poursuivies les années suivantes. Entre le 1er octobre 2008 et le 1er octobre 2012, le montant des aides autorisées par la Commission européenne s’est élevé à la somme astronomique de 5 058,9 milliards d’euros, soit 40,3 % du PIB de l’Union européenne. De son côté, la Banque Fédérale américaine a consenti aux banques (américaines mais également étrangères) des aides s’élevant à 29 614,4 milliards de dollars selon l’estimation du professeur James Felkerson.

En 2008, les banques grecques, tout comme leurs homologues espagnoles, portugaises et chypriotes, n’étaient pas perçues comme les plus menacées, car à la différence des banques américaines et des pays d’Europe les plus développés mentionnés plus haut (Allemagne, France, Benelux,…), elles n’avaient pas massivement investi dans les produits structurés qui avaient ébranlé jusqu’à ses fondements tout le système bancaire des États-Unis et d’Europe nord-occidentale.

Mais en réalité, les banques des pays de la périphérie dans la zone euro étaient elles aussi au bord du gouffre et elles ne disposaient pas d’États aussi puissants que ceux d’Europe du Nord et des États-Unis pour leur venir en aide avec suffisamment de force.

Les particularités grecques au niveau bancaire

Une des particularités de la crise des banques grecques réside dans la combinaison de la faiblesse des capitaux propres avec un nombre croissant de défauts de paiement sur les crédits.

En mars 2009, les capitaux propres des banques grecques atteignaient 28,9 milliards €, soit seulement 6,2 % de leur bilan qui s’élevait à 473,1 milliards €. Les provisions pour pertes étaient de 7,2 milliards €, c’est-à-dire un montant bien inférieur à ce qui aurait été nécessaire pour couvrir le risque. En effet, ces provisions représentent à peine 3% du total des crédits octroyés par les banques qui s’élevaient à 217,1 milliards €. Or les défauts de paiement supérieurs à trois mois (ce qu’on appelle les non-performing loans, NPL’s) atteignaient 6 % |25|. L’insuffisance des fonds propres résultait de la politique de redistribution massive des profits sous formes de dividendes royaux versés aux actionnaires privés qui avaient caractérisé les années 2005 à 2008 (voir plus haut).

Ce risque s’est significativement accru ces dernières années, puisqu’une note du Parlement européen a estimé les prêts à risque de la Grèce à 43,5 % en septembre 2015, et ceux de Chypre à 50 %.


 2016 12 28 10 septembre 2015

 

Les ratios des prêts à risque des pays de la zone euro au 30 septembre 2015

La crise internationale qui a affecté fortement l’économie grecque en 2009 a précarisé les ménages et les PME dont un nombre de plus en plus élevé a suspendu le paiement de sa dette.

Comme les dépôts étaient devenus nettement inférieurs aux crédits octroyés, l’arrêt des flux de financement privé externe provenant des banques et d’autres institutions financières, conjugué à l’augmentation des prêts impayés (NPL’s), à la baisse de la valeur du marché immobilier et à l’évasion massive des capitaux (organisée par les banques directement ou tout au moins avec leur complicité) ont mis les banques privées grecques dans une situation inextricable. C’était la conséquence de la politique complètement aventurière qu’elles avaient menée avec la complicité active des gouvernants grecs et le laxisme des autorités européennes de régulation.

La réaction des banques grecques face à la crise qu’elles avaient largement provoquée et à la récession internationale affectant l’économie grecque a aggravé la situation. Alors que l’octroi des liquidités par la Banque centrale dans le cadre de l’eurosystème se faisait sous le prétexte d’aider les banques à octroyer du crédit aux ménages et aux entreprises pour relancer l’économie, les banques ont fait le contraire comme le montre le graphique suivant.

Graphique 8 – Grèce, évolution du crédit interne, 2009 – 2015 

2016 12 28 11 graphique 8

Source : Bank of Greece

Les banques grecques ont fermé le robinet du crédit aux ménages et aux entreprises non financières, ce qui a aggravé la crise. Les entreprises non financières (l’écrasante majorité des entreprises non financières est constituée de microentreprises avec un personnel inférieur à 10 salariés |26|), en particulier, et les ménages avaient besoin de refinancer leurs dettes afin de pouvoir poursuivre les remboursements. En coupant les crédits, les banques ont renforcé les difficultés des entreprises et des ménages dont un nombre croissant a dû suspendre le paiement de la dette, ce qui a fait augmenter la quantité de NPL’s.

Bien sûr, il faut ajouter que la politique d’austérité intensive imposée par la Troïka et le gouvernement grec à partir de 2010 a diminué les revenus des ménages ainsi que des PME et a augmenté leur propension à entrer en défaut de paiement.

Les pratiques mafieuses des banquiers grecs constituent également un trait plus développé que dans les pays nord-occidentaux d’Europe.

En voici quelques exemples notoires tirés d’une recherche effectuée par Daniel Munevar :

Pour la période de 2006 à 2012, on estime à environ 500 millions d’euros les prêts accordés sans aucune garantie à d’éminents hommes d’affaires par la banque postale Hellenic Postbank (qui n’existe plus aujourd’hui) |27|. Lorsque ces crédits sont devenus non recouvrables, les pertes qui en ont découlé ont été directement transmises aux contribuables. À cette époque, Alexis Tsipras avait dénoncé ce scandale bancaire comme étant un triangle de corruption impliquant des entreprises majeures, des banques et des partis politiques s’échangeant des faveurs |28|. En ce qui concerne une autre banque défunte, la banque agricole de Grèce ATEbank, on estime aujourd’hui qu’entre 2000 et 2012, elle a octroyé 1300 prêts pour une valeur proche de 5 milliards d’euros |29|. Ces prêts ont été octroyés sans aucune garantie à des soutiens du gouvernement selon ce qui peut être décrit comme une relation de clientélisme |30|.

Tous ces cas de corruption et d’abus qui caractérisaient le système bancaire grec avant la crise sont scandaleux, mais le plus emblématique reste certainement celui de la banque Marfin Popular Bank (MPB). La MPB a été fondée en 2006 suite à l’achat d’une part minoritaire de la banque chypriote Laiki par le Groupe d’investissement Marfin (MIG), basé en Grèce et dirigé par Andreas Vgenepoulos. Par la suite, Vgenepoulos a introduit MIG en bourse. Puis, en tant que membre des conseils d’administration des deux entreprises, il a utilisé plus de 700 millions d’euros de prêts accordés par MPB afin de maintenir la valeur des actions de MIG à leur niveau initial de 2007 |31|. Il est estimé qu’en 2010, MPB avait accordé des prêts à hauteur de 1,8 milliard d’euros à des entités affiliées à MIG en Grèce, ce qui est clairement assimilable à un conflit d’intérêts |32|. Bien que la Banque de Grèce ait conduit en 2009 un audit qui a révélé ces problèmes et soulevé d’autres questions sur la gestion de la banque, les régulateurs n’ont rien entrepris pour y répondre. En 2011, quand les autorités chypriotes ont pris le contrôle de la banque, le portefeuille de prêts de MPB en Grèce était estimé à 12 milliards d’euros, dont la majorité était de qualité douteuse |33|. Selon Michael Sarris, le président nommé par les autorités chypriotes, le « principal facteur » ayant dissuadé les investisseurs d’aider à recapitaliser la banque n’était pas les obligations souveraines, mais les inquiétudes de voir se matérialiser des pertes supplémentaires dans le portefeuille de prêts en Grèce |34|.

Dramatisation de l’endettement public et du déficit afin de protéger les intérêts des banques privées étrangères et grecques responsables de la crise

Si l’on en croit le discours dominant sur le plan international, le mémorandum de 2010 constituait la seule réponse possible à la crise des finances publiques grecques. Selon cette explication mensongère, l’État grec aurait permis aux Grecs de profiter d’un généreux système de protection sociale |35| alors qu’ils ne payaient pas d’impôt (rappelons que Christine Lagarde, en tant que directrice générale du FMI, a affirmé que les Grecs ne payaient quasiment pas d’impôts en omettant que les salariés et les retraités grecs avaient leurs impôts prélevés à la source |36|). Pour ces donneurs de leçon à la petite semaine, ce sont des dépenses publiques inconsidérées qui auraient entraîné une augmentation dramatique de la dette publique et du déficit public. Toujours selon leur narration, les marchés financiers ont fini par se rendre compte du danger et ont refusé de continuer à financer la gabegie grecque. Suite à ce refus, les gouvernements européens, la BCE, la Commission européenne et le FMI décidèrent, dans un grand élan de générosité, de joindre leurs efforts pour venir en aide au peuple grec, bien qu’il ne le méritait pas, et défendre dans le même temps la pérennité de la zone euro et de la construction européenne.

En réalité, comme l’a montré le Rapport préliminaire de la Commission pour la Vérité sur la dette grecque, la cause réelle de la crise provenait du secteur bancaire privé tant externe qu’interne, et pas de la dette publique. La dette privée était nettement supérieure à la dette publique.

Fin 2009, les banques grecques devaient rembourser 78 milliards € de dette à court terme aux banques étrangères, et si on prend en compte d’autres sociétés financières étrangères (tels que les Money Market Funds |37| et les fonds d’investissement) qui leur octroyaient des prêts, le montant à rembourser s’élevait à 112 milliards. Rappelons qu’à partir de septembre-octobre 2008, le crédit interbancaire s’est largement tari. Les banques grecques ont pu continuer à rembourser leurs créanciers externes notamment grâce à la ligne de crédit ouverte par la BCE et la Banque centrale de Grèce (voir plus avant le Graphique 7 – Évolution du financement des banques grecques par la banque centrale de Grèce).. Les emprunts des banques grecques à la BCE/Banque centrale de Grèce oscillaient entre 40 et 55 milliards. Cela représentait entre 6 et 8% de cette ligne de crédit de la BCE, alors que les banques grecques ne représentaient que 2 % des actifs bancaires de la zone euro. Les dirigeants de la BCE ont laissé entendre au cours de l’automne 2009 qu’ils comptaient mettre fin à cette ligne de crédit |38|. Cela a provoqué des inquiétudes très importantes du côté des créanciers étrangers des banques grecques et des banquiers grecs eux-mêmes. Si les banques grecques étaient incapables de poursuivre le paiement de leurs dettes à l’égard des banques étrangères, cela risquait de produire une grave crise. Selon les grands créanciers privés étrangers des banques grecques, la seule solution pour éviter la faillite des banques grecques (et les pertes que cela aurait représenté pour les banques étrangères) consistait à ce que l’État les recapitalise et leur octroie des garanties pour un montant bien plus élevé que celui apporté à partir d’octobre 2008. Cela impliquait aussi que la BCE maintienne la ligne de crédit qu’elle leur avait consentie. De son côté, George Papandréou, qui venait de gagner haut la main les élections législatives du 4 octobre 2009, s’est rendu compte que le gouvernement grec n’aurait pas les moyens de sauver seul les banquiers grecs malgré sa bonne volonté (voire sa complicité) à leur égard. Ses adversaires politiques de Nouvelle Démocratie, qui venaient de perdre les élections, pensaient de même.

Au lieu de faire supporter le coût de cette crise bancaire aux responsables, tant étrangers que nationaux (à savoir les actionnaires privés, les administrateurs des banques, les banques étrangères et autres sociétés financières qui avaient contribué à générer la bulle spéculative), Papandréou a dramatisé la situation de la dette publique et du déficit afin de justifier une intervention extérieure qui devait apporter suffisamment de capitaux pour faire face à la situation des banques. Le gouvernement de Papandréou a fait falsifier les statistiques de la dette grecque, non pas pour la réduire (comme la narration dominante le prétend) mais pour l’augmenter (voir l’encadré sur la falsification). Il voulait éviter d’importantes pertes pour les banques étrangères (principalement françaises et allemandes) et protéger les actionnaires privés et le haut management des banques grecques.

Il a fait le choix de s’en remettre à l’« aide internationale » avec le prétexte mensonger de la « solidarité » parce qu’il était convaincu qu’il ne pourrait pas convaincre son électorat de faire des sacrifices pour protéger les grandes banques françaises, allemandes… et les banquiers grecs.

Falsification du déficit public et de la dette publique

Après les élections législatives du 4 octobre 2009, le nouveau gouvernement de Georges Papandréou procéda en toute illégalité à une révision des statistiques afin de gonfler le déficit et le montant de la dette pour la période antérieure au mémorandum de 2010 |39|.

Les dettes hospitalières
Le niveau du déficit pour 2009 subit plusieurs révisions à la hausse, de 11,9 % du PIB en première estimation à 15,8 % dans la dernière.

L’un des plus choquants exemples de falsification est celui des dettes du système public de santé.

En Grèce, comme dans les autres pays de l’UE, les hôpitaux publics sont approvisionnés en médicaments et en matériels par des fournisseurs qui sont payés après la livraison en raison des procédures de validation imposées par la Cour des Comptes. Or, en septembre 2009, un volume important de dépenses non validées concernant les années 2005-2008 s’était accumulé, et leur montant n’avait pas encore été arrêté. Le 2 octobre 2009, dans le cadre des procédures d’Eurostat, le Service statistique national grec (NSSG), rebaptisé ELSTAT en mars 2010, notifia à Eurostat les chiffres du déficit et du montant de la dette en cours. Ces chiffres incluaient les dettes des hôpitaux en attente de règlement, estimées à titre provisoire à 2,3 Mds d’euros selon les méthodes de calcul en vigueur au NSSG. Le 21 octobre, il notifia une augmentation de ces dettes de 2,5 Mds, portant le total des dettes en attente de règlement à 4,8 Mds d’euros. Les autorités européennes contestèrent d’abord cette révision, établie selon des procédés suspects :

« Dans la note du 21 octobre, un montant de 2,5 Mds d’euros a été ajouté au déficit de 2008 qui s’élevait à 2,3 Mds d’euros. Selon les autorités grecques, cela fut fait sur instruction directe du Ministère des Finances en dépit du fait que le montant des engagements hospitaliers n’était pas connu, et que rien ne justifiait de l’imputer au seul exercice 2008 plutôt qu’à des exercices antérieurs, alors que le NSSG avait exprimé son désaccord sur la question à la Cour des Comptes et au Ministère des Finances. On peut considérer ici que le Contrôle général a commis une faute |40| ».

Cependant, en avril 2010, sur la base du Rapport technique sur les engagements des hôpitaux du gouvernement grec du 3/2/2010 |41|, non seulement Eurostat valida le supplément de 2,5 Mds d’euros, mais il y ajouta un montant supplémentaire de 1,8 Md. Ainsi, le montant initial de 2,3 Mds d’euros, notifié par la note du 2 octobre 2009, fut porté à 6,6 Mds, alors que la Cour des comptes n’avait validé que 1,2 Md sur ce total. Les 5,4 Mds d’engagements hospitaliers restant non validés vinrent ainsi accroître le déficit de 2009 et des années précédentes.

Ces pratiques statistiques en matière d’engagement de dettes hospitalières contreviennent purement et simplement à la réglementation européenne (voir ESA95 par. 3.06, EC n° 2516/2000 article 2, Règlement n° 995/2001) et au Code de bonnes pratiques de la statistique européenne, tout particulièrement en ce qui concerne le principe d’indépendance professionnelle, l’objectivité et la fiabilité statistique.

Soulignons qu’un mois et demi après cette manipulation du déficit public, le ministère des Finances demanda aux fournisseurs un rabais de 30 % pour la période 2005-2008. Ainsi, une bonne partie des dépenses hospitalières n’ont pas été payées aux fournisseurs de produits pharmaceutiques alors que ce rabais n’a été pris en compte dans aucune statistique officielle |42|.

Entreprises publiques
Un des nombreux cas de falsification concerne 17 entreprises publiques (DEKO). En 2010, ELSTAT |43| et EUROSTAT décidèrent le transfert des dettes de 17 entreprises du secteur des entreprises non financières vers le budget de l’État, ce qui augmenta la dette publique de 18,2 Mds d’euros en 2009. Ces entités avaient été considérées comme des entreprises non financières, après qu’EUROSTAT eut approuvé leur classement dans ce secteur. Il convient de souligner que les règles de l’ESA95 en matière de classement n’ont pas changé entre 2000 et 2010.

Ce reclassement a été effectué sans études préalables ; il a de plus été réalisé en pleine nuit, une fois les membres de la direction d’ELSTAT partis. Le président d’ELSTAT eut alors tout le loisir de procéder à ces modifications sans être confronté aux questions des membres de l’équipe de direction. Ainsi, le rôle des experts nationaux fut complètement ignoré, ce qui est en totale contradiction avec la réglementation ESA95. Par conséquent, l’adoption par l’institution du critère pour rattacher une entité économique au budget de l’État constituait une violation de la réglementation |44|.

Les swaps de Goldman Sachs
Une autre cause de l’augmentation injustifiée de la dette publique grecque en 2009 réside dans le traitement statistique des swaps passés avec Goldman Sachs. Le directeur à la tête d’ELSTAT a, à lui tout seul, décidé de gonfler la dette publique de 21 Mds d’euros |45|. Ce montant a été réparti sur quatre exercices, entre 2006 et 2009. Mais il s’agissait d’une augmentation rétrospective de la dette publique réalisée en violation des règlements du Conseil européen.

On estime que ces ajustements, infondés sur le plan technique, ont généré une augmentation du déficit public représentant 6 à 8 points de PIB pour 2009 de sorte que la dette publique s’est accrue de 28 Mds d’euros.

Nous considérons que la falsification des données statistiques est étroitement liée à la dramatisation autour de la dette publique et de la situation budgétaire. Tout cela fut organisé dans l’unique but de convaincre l’opinion publique en Grèce et en Europe d’accepter le plan de « sauvetage » de l’économie grecque de 2010 avec toutes ses conditionnalités catastrophiques pour la population grecque. Les Parlements des pays européens ont voté un « sauvetage » de la Grèce sur la base de données truquées. La gravité de la crise bancaire a été sous-estimée du fait d’une exagération des problèmes économiques du secteur public.

Quant aux dirigeants européens, tels Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, qui avaient déjà de leur côté mis en œuvre un plan de sauvetage des banques privées de leurs pays en 2008, ils ont convenu de lancer un programme dit d’« aide à la Grèce » (qui allait être suivi par des programmes du même type en Irlande, au Portugal et en Espagne) qui permettrait de rembourser les banques privées de leurs pays avec de l’argent public. Le remboursement de cette aide aux banquiers serait ensuite mis à la charge du peuple grec (et des peuples des pays de la périphérie qui allaient entrer dans le même système) |46|. Le tout sous prétexte de porter assistance à la Grèce dans un élan de solidarité. Le récit de l’« aide à la Grèce » est bien un habillage sordide et mensonger de ce qui était en réalité la socialisation des pertes des banques. La Commission pour la vérité sur la dette grecque dans son Rapport préliminaire de juin 2015 a fait la clarté sur le mécanisme mis en place à partir de 2010 (voir notamment les chapitres 2, 3 et 4).

Yanis Varoufakis dénonce à sa manière la supercherie : « La Grèce n’a jamais été renflouée. Pas plus que les autres porcs de l’Europe – les PIIGS, comme on a désigné collectivement le Portugal, l’Irlande, l’Italie, la Grèce et l’Espagne. Les renflouements de la Grèce, puis de l’Irlande, puis du Portugal, puis de l’Espagne ont été d’abord et avant tout des plans de sauvetage des banques françaises et allemandes. » (…) « Le problème était que la chancelière Merkel et le président Sarkozy ne pouvaient pas imaginer de revenir devant leur parlement demander encore de l’argent pour leurs copains banquiers, donc ils ont opté pour la meilleure solution de second choix : ils ont sollicité leur parlement en invoquant l’admirable principe de solidarité avec la Grèce, puis avec l’Irlande, puis avec le Portugal, et enfin avec l’Espagne. » |47|

Une alternative était pourtant possible et nécessaire. Suite à sa victoire électorale de 2009 sur la base d’une campagne dénonçant les politiques néolibérales menées par Nouvelle Démocratie, le gouvernement de Papandréou, s’il avait voulu respecter ses promesses électorales, aurait dû socialiser le secteur bancaire en organisant une faillite ordonnée et en protégeant les déposants. Plusieurs exemples historiques attestent qu’une faillite était tout à fait compatible avec le redémarrage rapide des activités financières au service de la population. Il fallait s’inspirer de ce qui se faisait en Islande depuis 2008 |48| et de ce qui avait été réalisé en Suède et en Norvège dans les années 1990 |49|. Papandreou a préféré suivre l’exemple scandaleux et catastrophique du gouvernement irlandais qui a sauvé les banquiers en 2008 et allait en septembre 2010 devoir accepter un plan d’aide européen qui a eu des effets dramatiques pour le peuple irlandais. Il fallait aller plus loin que l’Islande et la Suède avec une socialisation complète et définitive du secteur financier. Il fallait faire supporter les pertes de la résolution de la crise bancaire par les banques étrangères et par les actionnaires privés grecs tout en poursuivant en justice les responsables du désastre bancaire. Une telle démarche aurait permis à la Grèce d’éviter la succession de mémorandums qui ont soumis le peuple grec à une crise humanitaire dramatique et à l’humiliation sans pour autant assainir véritablement le système bancaire grec. Le graphique montre ci-dessous l’évolution des défauts de paiement sur les crédits et permet de comprendre pourquoi la situation des banques grecques reste très précaire alors leurs dirigeants n’ont pas été inquiétés par la justice et sont pour la plupart restés en place depuis le démarrage de la crise. Rappelons également qu’en Islande, plusieurs banquiers ont été mis sous les verrous.

Graphique 9 – Évolution des défauts de paiement (Non performing loans) en % de l’ensemble des prêts octroyés par les banques grecques entre 2009 et 2015

2016 12 28 12 graphique 9

Source : IMF

Les NPL’s ont très fortement augmenté entre 2010 et 2015 pour trois raisons principales : 1. Les banques n’ont pas été forcées de reconnaître les pertes (ce qui impliquait d’annuler les dettes). 2. L’austérité brutale imposée par la Troïka en réduisant radicalement les revenus de la majorité de la population et en provoquant la fermeture de centaines de milliers de micro et de moyennes entreprises a mis une partie croissante des ménages et des PME dans l’impossibilité de poursuivre le paiement de leurs dettes. 3. La décision des banques d’arrêter les nouveaux crédits ou de refinancer les anciens a renforcé la propension des ménages et des entreprises à faire défaut sur les remboursements.

Pourquoi les banques privées veulent acheter de la dette publique

La fable selon laquelle la faiblesse ou la crise des banques privées est provoquée par un niveau trop élevé des dettes publiques et le risque de suspension de paiement de la part des États ne tient pas la route face aux faits.

Depuis que l’UE existe, aucun État membre n’est entré en défaut de paiement et pourtant la liste des crises bancaires s’allonge de jour en jour.
Par contre, ce que les médias dominants et les gouvernements cachent, c’est que pour les banques privées, il est très rentable de prêter aux États et ça ne comporte pas de risque. Ajoutons que plus une banque détient de dette publique, plus elle est susceptible de satisfaire aux règles fixées par les autorités de contrôle. Ce point demande une explication technique.

Pour respecter les règles en vigueur en 2008-2009, les banques grecques comme toutes les banques européennes devaient faire la preuve que leurs fonds propres représentaient 8 % de leurs actifs. Or, comme cela a été indiqué plus haut, leurs fonds propres représentaient en mars 2009 seulement 6,2 % de leurs actifs. Afin d’atteindre les 8 % exigés par les autorités de contrôle, elles se sont mises à acheter plus de dettes publiques.

Pour calculer le ratio de 8%, les autorités de contrôle permettent aux banques de pondérer les actifs qu’elles détiennent par le risque qu’ils représentent. Les créances des banques sur les pouvoirs publics sont considérées comme présentant moins de risque que leurs créances sur des particuliers ou des entreprises. Du coup, les banques ont tout intérêt à prêter plus aux pouvoirs publics qu’aux particuliers ou aux entreprises, surtout sur les PME qui sont considérées comme plus risquées que les grandes entreprises. Bien sûr, elles peuvent décider de prêter quand même aux particuliers et aux PME, mais dans ce cas elles vont exiger des taux d’intérêts très élevés.

C’est pourquoi à partir de la fin 2008 et en 2009, les banques grecques ont continué à augmenter leur crédit au gouvernement grec tout en fermant progressivement le robinet des nouveaux crédits aux ménages et aux PME. Entre le 31 décembre 2008 et le 31 décembre 2010, les banques grecques ont augmenté leurs prêts aux pouvoirs publics grecs de 15%, preuve qu’à leurs yeux, ces crédits étaient plus sûrs.

L’illustration suivante montre pourquoi les banques qui cherchaient à faire croire qu’elles étaient solides avaient intérêt à acheter des titres publics plutôt qu’à continuer à octroyer des prêts aux ménages et aux particuliers.
2016 12 28 13 eikona
L’illustration ci-dessus représente schématiquement les actifs d’une banque avant et après la pondération par les risques. La colonne de gauche représente les actifs réels détenus par la banque, c’est-à-dire les prêts octroyés par celle-ci. Dans l’exemple pris, qui correspond à une moyenne constatée, pour 4 unités de fonds propres (le capital), la banque a prêté 100 unités à des particuliers, des entreprises, des États, etc.

Pour chacune de ces catégories d’actifs, la banque va appliquer une pondération par le risque sur laquelle elle va s’appuyer pour déterminer son ratio de fonds propres par rapport aux actifs qu’elle détient. Par exemple, les prêts aux particuliers sont pondérés à 75 %, ce qui signifie que sur 28 unités prêtées, on ne va en compter que 21 dans le bilan pondéré. En règle générale, les prêts aux États (titres de la dette souveraine) sont eux pondérés à 0 % : ils comptent pour 0 dans le bilan pondéré ! En fait, seuls les prêts aux PME et aux entreprises « mal notées » par les agences de notation sont comptabilisés entièrement, voire pour plus que ce qu’ils représentent réellement (pondération de 150 % pour les entreprises dont la note est inférieure à BB-).

Puisque les autorités de contrôle se basent sur les actifs pondérés de la banque pour déterminer si elle respecte bien les règles, celle-ci a tout intérêt à prêter aux États plutôt qu’aux entreprises pour pouvoir « dégonfler » son bilan pondéré, sans affecter le montant réel des prêts consentis, sur lequel elle réalise une partie de son profit.

Ainsi, la banque dont les fonds propres ne représentaient que 4 % des actifs peut déclarer que son ratio atteint en réalité 10 % si elle détient suffisamment de dettes publiques dans ses comptes. Elle sera félicitée par les autorités de contrôle |50|.

Ce qui vient d’être dit permet d’expliquer l’évolution de la ligne bleue du graphique que nous avons déjà utilisé.

Graphique 7 bis – Évolution du financement des banques grecques par la banque centrale de Grèce (ligne verte) et de la détention des titres publics grecs (2007-2010) en milliards € (ligne bleue)

2016 12 28 14 graphique 7 bis

Source : Bank of Greece

On voit qu’à partir de septembre 2008, les crédits des banques grecques au gouvernement qui oscillaient entre 30 et 40 milliards € augmentent fortement et atteignent plus de 60 milliards € en mars 2010.

Il faut savoir que, avant que les attaques spéculatives ne commencent contre la Grèce, celle-ci pouvait emprunter à des taux très avantageux, tant les banquiers surtout mais aussi d’autres investisseurs institutionnels (les assurances, les fonds de pension) étaient empressés de lui prêter de l’argent.

C’est ainsi que le 13 octobre 2009, elle a émis des titres du Trésor (T-Bills) à trois mois avec un rendement (yield) très bas : 0,35 %. Le même jour, elle a réalisé une autre émission, celle de titres à six mois avec un taux de 0,59 %. Sept jours plus tard, le 20 octobre 2009, elle a émis des titres à un an à un taux de 0,94 % |51|. On était à moins de six mois de l’éclatement de la crise grecque quand les banques étrangères ont fermé le robinet du crédit. Les agences de notation attribuaient une très bonne cote à la Grèce et aux banques qui lui prêtaient à tour de bras. Dix mois plus tard, pour émettre des titres à six mois, elle a dû octroyer un rendement de 4,65 % (c’est-à-dire 8 fois plus). C’est un changement fondamental de circonstances. En septembre 2009, le trésor grec a émis des titres avec une échéance de six ans à 3,7 %, c’est-à-dire à un taux proche de celui de la Belgique ou de la France et pas très éloigné de l’Allemagne |52|.

Il importe d’ajouter une précision importante pour indiquer la responsabilité des banques : en 2009, elles exigeaient de la Grèce un rendement moins élevé qu’en 2008. En juin-juillet-août 2008, alors qu’on n’avait pas encore connu le choc produit par la faillite de Lehman Brothers, les taux étaient quatre fois plus élevés qu’en octobre 2009. Au 4e trimestre 2009, en passant au-dessous de 1 % pour les emprunts à moins d’un an, les taux ont atteint leur niveau le plus bas |53|. Pourquoi les banques ont-elles demandé moins de rémunération alors qu’elles auraient dû se rendre compte que les risques s’accumulaient et que la situation de la Grèce se détériorait ?

Dans le graphique ci-dessous, on voit que les taux allemand et grec étaient très proches entre 2007 et juillet 2008. Après cette date, on voit également que le taux payé par la Grèce augmente au cours du 4e trimestre 2008, après que le gouvernement a annoncé qu’il mettait en œuvre un premier plan de sauvetage des banques grecques (les marchés ont dès lors considéré que les risques sur la dette publique augmentaient, car les autorités étaient disposées à augmenter la dette publique pour venir en aide aux banques grecques). À partir de ce moment, l’évolution entre les taux allemand et grec varie de manière tout à fait opposée. Il est frappant par ailleurs de constater que le taux payé par la Grèce a baissé entre mars 2009 et novembre 2009, alors que la situation réelle des banques grecques et la crise économique internationale qui a affecté durement la Grèce à partir de 2009 (c’est-à-dire plus tard que pour les pays les plus forts de la zone euro) auraient dû amener les banques internationales et grecques à exiger des primes de risque. Ce n’est qu’à partir de novembre 2009, quand Papandreou décide de dramatiser la situation et de falsifier les statistiques sur la dette publique, que les taux augmentent de manière dramatique.

Graphique 10 – Allemagne et Grèce, taux sur les titres à 10 ans (2007-2010)

2016 12 28 15 graphique 10

Ce qui peut paraître irrationnel, car il n’est pas normal pour une banque privée d’abaisser les taux d’intérêts dans un contexte de crise internationale majeure et à l’égard d’un pays comme la Grèce qui s’endette très rapidement, est logique du point de vue d’un banquier qui cherche un maximum de profit immédiat en étant persuadé qu’en cas de problème, les autorités publiques lui viendront en aide. Après la faillite de Lehman Brothers, les gouvernements des États-Unis et d’Europe ont déversé d’énormes liquidités pour sauver les banques et pour relancer le crédit et l’activité économique. Les banquiers ont saisi cette manne de capitaux pour les prêter dans l’UE à des pays comme la Grèce, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, en étant convaincus qu’en cas de problème, la Banque centrale européenne (BCE) et la Commission européenne (CE) leur viendraient en aide. De leur point de vue, ils ont eu raison.

Il est indéniable que les banques ont jeté littéralement des capitaux à la figure de pays comme la Grèce (y compris en baissant les taux d’intérêt qu’elles exigeaient), tellement à leurs yeux l’argent qu’elles recevaient massivement des pouvoirs publics devait trouver une destination en termes de prêts aux États de la zone euro.

Pour reprendre l’exemple concret mentionné plus haut, lorsque le 20 octobre 2009 le gouvernement grec a vendu des T-Bills à trois mois avec un rendement de 0,35 %, il cherchait à réunir la somme de 1 500 millions d’euros. Les banquiers grecs et étrangers (et d’autres investisseurs) ont proposé près de 5 fois cette somme, soit 7 040 millions. Finalement, le gouvernement a décidé d’emprunter 2 400 millions. Il n’est donc pas exagéré d’affirmer que les banquiers ont cherché à prêter un maximum à un pays comme la Grèce.

Revenons sur les séquences de l’augmentation des prêts des banquiers d’Europe occidentale à la Grèce au cours de la période 2005-2009 telles que nous les avons présentées au début de cette étude. Les banques des pays de l’Ouest européen ont augmenté leurs prêts à la Grèce (tant au secteur public que privé) une première fois entre décembre 2005 et mars 2007 (pendant cette période, le volume des prêts a augmenté de 50 %, passant d’un peu moins de 80 milliards à 120 milliards de dollars). Bien que la crise des subprimes avait éclaté aux États-Unis, les prêts ont de nouveau augmenté fortement (+33 %) entre juin 2007 et l’été 2008 (passant de 120 à 160 milliards de dollars), puis ils se sont maintenus à un niveau très élevé (environ 120 milliards de dollars). Les dettes réclamées par les banques étrangères et grecques à la Grèce en conséquence de leur politique complètement aventureuse sont frappées d’illégitimité. Elles auraient dû être contraintes à assumer les risques qu’elles avaient pris.

Le sauvetage des banques étrangères et grecques grâce au mémorandum de 2010

Les travaux de la Commission pour la vérité sur la dette grecque ont permis de mettre en évidence les véritables motifs de la Troïka lors de la mise en place du premier mémorandum de mai 2010. L’audition de Panayiotis Rouméliotis, l’ancien négociateur de la Grèce au FMI en 2010, qui était un des hommes de confiance de l’ancien Premier ministre du Pasok, Papandréou, et un ami personnel de Dominique Strauss-Kahn avec qui il a étudié à Paris, a contribué à remettre les horloges à l’heure. Quelques jours avant l’audition, j’avais eu un contact en tête à tête avec lui au cours duquel je lui avais communiqué que j’avais des documents secrets du FMI, et notamment les notes d’une réunion, que j’avais obtenues grâce à la présidente du Parlement qui avait décidé de déclassifier ces documents. Trop explosifs, ils avaient été mis sous le boisseau par l’ancien président du parlement grec alors qu’ils faisaient partie d’une enquête ouverte lors de la précédente législature sur des affaires criminelles en matière financière. Ces documents prouvaient qu’à la réunion du 9 mai 2010 au cours de laquelle le FMI a pris la décision de prêter 30 milliards d’euros (soit 32 fois le montant auquel la Grèce avait normalement le droit), plusieurs dirigeants déclaraient explicitement que l’aide apportée par le FMI était avant tout une aide aux banques françaises et allemandes |54|. Cela a été très clairement dénoncé tant par le représentant du Brésil à la direction du FMI que par le représentant suisse ! Pour répondre à ces accusations sur la légitimité des prêts du FMI, les directeurs exécutifs français, allemand et hollandais ont répondu séance tenante que les banques de leur pays ne se désengageraient pas de la Grèce. Voici la déclaration faite par le directeur exécutif français lors de cette réunion : « Il y a eu une réunion plus tôt cette semaine entre les grandes banques françaises et mon ministre, Mme Lagarde |55|. Je voudrais insister sur la déclaration publiée à l’issue de cette réunion, selon laquelle les banques françaises s’engagent à maintenir leur exposition à la Grèce durant toute la durée du programme ». Le directeur exécutif allemand a affirmé : « (…) les banques [allemandes] ont l’intention de maintenir une certaine exposition aux banques grecques, ce qui signifie qu’elles ne vendront pas d’obligations grecques et maintiendront des lignes de crédit à la Grèce. Quand celles-ci arriveront à échéance, elles seront renouvelées, au moins en partie ». Le représentant hollandais a lui aussi fait des promesses : « Les banques hollandaises, ont eu des discussions avec notre ministre des Finances et ont publiquement annoncé qu’elles joueraient leur rôle pour soutenir le gouvernement et les banques grecques ». Il est avéré que ces trois dirigeants ont menti délibérément à leurs collègues afin de les convaincre de voter en faveur du prêt du FMI à la Grèce |56|. Le prêt n’était pas destiné à redresser l’économie grecque ou à aider le peuple grec, l’argent a servi à rembourser les banques françaises, allemandes, hollandaises qui, à elles seules, détenaient plus de 70 % de la dette grecque au moment de la décision. Alors qu’elles se faisaient rembourser, elles refusaient de continuer à prêter à la Grèce et elles revendaient les anciens titres qui n’étaient pas encore venu à échéance sur le marché secondaire. La BCE dirigée par le français Trichet les y aidait en leur achetant des titres grecs. Elles ont fait exactement le contraire de ce que les dirigeants allemand, français et hollandais au FMI avaient promis. Il faut ajouter qu’au cours de cette même séance de mai 2010, plusieurs directeurs exécutifs ont critiqué le fait que la direction du FMI a fait changer en catimini le règlement du FMI sur la conditionnalité des prêts |57| : jusque-là, le FMI ne pouvait octroyer un prêt à un pays que si, en prêtant à ce pays, la dette devenait soutenable. Comme la direction savait parfaitement qu’en prêtant 30 milliards d’euros à la Grèce sans réaliser de réduction de la dette, celle-ci ne deviendrait pas soutenable, voire deviendrait encore plus insoutenable, ce règlement a été modifié. Ils ont adopté un autre critère sans le soumettre à délibération : on prête à un pays si le fait de lui prêter de l’argent peut éviter une crise bancaire internationale. Ce qui constitue, à nos yeux, la preuve que la menace, c’était de très grosses difficultés pour les trois plus grandes banques françaises (BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale) et quelques banques allemandes qui avaient trop prêté tant au secteur privé qu’aux pouvoirs publics grecs, dans le but de faire un maximum de profits, sans appliquer des mesures de précaution qu’elles auraient dû appliquer. Si le FMI et la BCE ne voulaient pas d’une réduction de la dette publique grecque en 2010, c’est parce que les gouvernements français, allemand, hollandais et de quelques autres pays de la zone euro voulaient donner du temps à ces banques pour revendre les titres grecs qu’elles avaient acheté et pour se désengager en général de la Grèce. Et effectivement, les banques étrangères se sont débarrassées de leurs créances sur la Grèce entre mars 2010 et mars 2012, date à laquelle une réduction de la dette a finalement eu lieu (voir plus loin). Si le gouvernement grec de l’époque, celui de Georges Papandréou, a accepté que la dette publique grecque ne soit pas réduite lors du mémorandum de mai 2010, c’est qu’il voulait également donner du temps aux banques grecques de revendre une grande partie de leurs titres grecs qui risquaient de subir une décote plus tard lorsque les banques françaises et allemandes auraient eu le temps de se dégager (voir plus loin). De toute manière, Jean-Claude Trichet, le banquier français qui dirigeait la BCE à cette époque, menaçait la Grèce de réduire l’accès des banques grecques aux liquidités si son gouvernement demandait une réduction de la dette. C’est ce que P. Rouméliotis a déclaré lors de son audition |58|.

Concernant la critique de l’ensemble du programme imposé à la Grèce par le FMI, cela vaut la peine de citer partiellement l’intervention du représentant argentin lors de cette réunion de mai 2010. Le représentant argentin a expliqué que le type de politique que le FMI voulait imposer à la Grèce ne fonctionnerait pas. Pablo Pereira, le représentant argentin, critique sans ambages l’orientation passée et présente du FMI : « Les dures leçons de nos propres crises passées sont difficiles à oublier. En 2001, des politiques similaires ont été proposées par le Fonds en Argentine. Ses conséquences catastrophiques sont bien connues (...) Il y a une réalité qui ne fait aucun doute et qui ne peut être contestée : une dette qui ne peut pas être payée ne sera pas payée sans une croissance soutenue (...) Nous savons trop bien quelles sont les effets des « réformes structurelles » ou des politiques d’ajustement qui finissent par déprimer la demande globale et, par conséquent, les perspectives de reprise économique (...) Il est très probable que la Grèce finisse plus mal en point après la mise en œuvre de ce programme. Les mesures d’ajustement recommandées par le Fonds vont réduire le bien-être de sa population et la capacité réelle de remboursement de la Grèce ». |59|

P. Rouméliotis a donc témoigné devant la commission sur toute cette affaire lors de la séance publique du 15 juin 2015. Je l’ai interrogé, la présidente du Parlement aussi, il nous a répondu… puis des membres de la commission l’ont interrogé, il leur a répondu. Cette audition publique, tout à fait exceptionnelle, a duré 8 heures. Les réponses de P. Roumeliotis ont largement confirmé l’analyse qui est présentée plus haut. C’était, comme toutes les séances importantes de la commission, retransmis en direct à la télévision, sur la chaîne du Parlement qui a vu exploser son taux d’audience… Le 17 juin 2015, lors de mon exposé introductif à la présentation publique des résultats des travaux de la commission, j’ai résumé l’analyse que nous faisions des raisons profondes de la mise en place du premier mémorandum imposé au peuple à partir de mai 2010. On peut voir cette intervention ici http://www.cadtm.org/Intervention-d... , elle a eu beaucoup d’écho. Je n’ai rien à changer dans cette déclaration.

L’histoire se répète

Dans une étude réalisée en septembre 2015 deux économistes, Carmen Reinhart et Christoph Trebesch, analysent sous l’angle de la dépendance aux financements extérieurs, les crises de la dette que la Grèce a traversées depuis les années 1820 et son indépendance |60|. Ces deux auteurs, qui appartiennent au monde académique et qui adoptent une orientation favorable au système capitaliste, soulignent que les crises de dette qui ont frappé la Grèce à répétition sont largement le produit d’un afflux de capitaux privés étrangers suivi d’un arrêt de ce flux. Ils affirment que la crise qui affecte la Grèce et d’autres pays périphériques n’est pas une crise de dette publique, c’est avant tout une crise de dette externe (p. 1). Ils font le parallèle avec la crise de la dette extérieure qui a affecté l’Amérique latine dans les années 1980. Ils soulignent l’asymétrie de situation entre les pays débiteurs et les pays créanciers une fois qu’une crise a éclaté : alors que la Grèce a été plongée dans une dépression économique après 2010, l’Allemagne a connu une période de croissance. De même, les pays d’Amérique latine ont connu une dépression forte entre l’éclatement de la crise en 1982 et le début des années 1990, tandis que l’économie des États-Unis, qui était créancière des pays latino-américains, s’est relevée progressivement (p. 2).

Ils constatent que la période la plus prospère pour la Grèce sur le plan économique se situe entre 1950 et 2000, lorsque le financement était basé largement sur des ressources internes au pays et ne dépendait pas de l’étranger (p. 2).

Par contre, ils démontrent qu’à chaque crise de la dette extérieure que la Grèce a connue (ils en dénombrent 4 grandes), lorsque les flux provenant des créanciers privés externes (à savoir des banques) se sont taris, les gouvernements de plusieurs puissances européennes se sont coalisés pour prêter de l’argent public à la Grèce afin de venir en aide aux banquiers étrangers. Cette coalition de puissances a dicté à la Grèce des politiques correspondant à leurs intérêts et à ceux de quelques grandes banques privées dont elles étaient complices. Chaque fois, ces politiques visaient à dégager les ressources budgétaires nécessaires au paiement de la dette et impliquaient une réduction des dépenses sociales et des investissements publics. Sous des formes qui ont varié, la Grèce et le peuple grec se sont vu nier l’exercice de leur souveraineté. Cela a maintenu la Grèce dans un statut de pays subordonné et périphérique. Mes travaux historiques sur la dette grecque depuis les années 1820 |61| aboutissent à des constats qui ne sont pas très différents. Carmen Reinhart et Christoph Trebesch insistent sur la nécessité d’une très forte réduction de la dette grecque et rejettent les solutions consistant à rééchelonner le paiement de la dette (p. 17). De mon côté, dans la présente étude, je conclus qu’il faut annuler la dette réclamée par la troïka (FMI, BCE et Commission européenne).

Conclusion

La crise grecque qui a éclaté en 2010 a été provoquée par les banques (étrangères et grecques) et non par un excès de dépenses publiques de la part d’un État qui aurait été trop généreux sur le plan social. La crise s’est produite quand les banques privées étrangères ont fermé le robinet des crédits d’abord au secteur privé, ensuite au secteur public. Le soi-disant plan d’aide à la Grèce a été conçu pour servir les intérêts des banquiers privés et des pays dominants au sein de la zone euro. Les dettes réclamées à la Grèce depuis 2010 sont odieuses car elles ont été accumulées pour poursuivre des objectifs qui vont clairement à l’encontre des intérêts de la population. Les créanciers en étaient conscients et ils ont tiré profit de la situation. Ces dettes doivent être annulées.

Ce travail approfondit et confirme ce que la commission pour la vérité sur la dette grecque a démontré en 2015 tant dans son rapport préliminaire de juin 2015 que dans son rapport de septembre 2015 concernant le 3e mémorandum.

La prochaine étude abordera l’évolution de la crise bancaire entre 2010 et 2016, la restructuration de la dette grecque de mars-avril 2012 et la recapitalisation des banques.

Remerciements
L’auteur remercie pour leur relecture et leurs suggestions : Thanos Contargyris, Alexis Cukier, Marie-Laure Coulmin, Romaric Godin, Pierre Gottiniaux, Fotis Goutziomitros, Michel Husson, Nathan Legrand, Ion Papadopoulos, Anouk Renaud, Patrick Saurin, Adonis Zambelis. Il remercie également Daniel Munevar qui l’a aidé dans ses recherches et à qui il a emprunté une série de graphiques.

L’auteur est entièrement responsable des éventuelles erreurs contenues dans ce travail.

Notes

|1| Les banques d’Allemagne ont été également sauvées avec de l’argent public mais vu la taille de son économie et les moyens à la disposition du gouvernement, l’Allemagne a été moins ébranlée que les autres économies.

|2| Volatils et spéculatifs, dans la mesure où ces flux ne visaient pas un investissement dans l’appareil productif des pays concernés mais principalement dans le crédit à la consommation, dans le crédit immobilier, dans l’achat de titres financiers notamment sur les places financières locales.

|3| À Chypre, la crise s’est manifestée en 2012 et a abouti à un mémorandum en mars 2013.

|4| Voir http://www.cadtm.org/Que-faire-des-banques-Version-2-0

|5| Papandréou en Grèce, Zapatero puis Rajoy en Espagne, le gouvernement irlandais, ainsi que, bien entendu, Merkel, Sarkozy (puis Hollande), les gouvernements des pays du Benelux…

|6| Christos Laskos & Euclid Tsakalotos, CRUCIBLE of Resistance. Greece, the Eurozone & the World Economic Crisis, Pluto Press, London, 2013, pp. 18 - 21

|7| On verra plus loin que grâce à la complicié des gouvernements successifs et des autorités de la zone euro, ces quatre banques en sont arrivées à contrôler 95 % du marché bancaire grec à partir de 2014.

|8| Rappelons qu’aux États-Unis à la même époque a éclaté la bulle boursière provoquée par la spéculation dans le domaine des dotcom. La bulle de l’internet (ou bulle des nouvelles technologies) éclate en effet à partir de mars 2000 aux États-Unis. La dégringolade commence. Sur la période 2000-2001, tous les profits réalisés depuis 1995 (145 milliards de dollars) par les 4 300 sociétés du Nasdaq (marché des valeurs technologiques) sont volatilisés.

|9| L’entrée effective de la Grèce dans la zone euro date du 1/1/2002.

|10| Tableau repris de C. Lapavitsas, A. Kaltenbrunner, G. Lambrinidis, D. Lindo, J. Meadway, J. Michell, J.P. Painceira, E. Pires, J. Powell, A. Stenfors, N. Teles : « The eurozone between austerity and default », September 2010. http://www.erensep.org/images/pdf/rmf/eurozone_reports/Eurozone-Report-2.pdf

|11| Le même phénomène s’est produit au même moment au Portugal, en Espagne, en Irlande et dans les pays d’Europe centrale et de l’Est.

|12| Les principaux détenteurs (c’est-à-dire les banques des pays mentionnés) des titres de la dette grecque sont selon l’infographie présentée : la France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, le Royaume-Uni, tandis que les autres détenteurs sont regroupés dans la catégorie « reste du monde ». Cette infographie est reprise de C. Lapavitsas, op. cit., p. 11.

|13| Tiré d’un article du New York Times paru le 29 avril 2010 : “Germany Already Carrying a Pile of Greek Debt », http://www.nytimes.com/2010/04/29/b... consulté le 1er novembre 2016

|14| Dans le cas de la Grèce, l’exposition des fonds de pension grecs était forte et cela a coûté très cher aux retraités grecs et au système de sécurité sociale quand la Troïka a imposé en 2012 une réduction de 50% de la valeur des titres grecs (voir plus loin).

|15| Source : Yanis Varoufakis, Et les faibles subissent ce qu’ils doivent ? Comment l’Europe de l’austérité menace la stabilité du monde, Éditions Les Liens qui Libèrent, Paris 2016, p. 216-218. http://www.editionslesliensquiliber... Les extraits du livre sont publiés avec l’aimable autorisation des Éditions Les Liens qui Libèrent.

|16| Ce tableau ainsi que le suivant est tiré de Patrick Saurin, “La « Crise grecque » une crise provoquée par les banques”, http://www.cadtm.org/La-Crise-grecq... consulté le 3 novembre 2016

|17| À noter que l’augmentation des dépôts des ménages et des entreprises s’explique pour une bonne part non par une augmentation de l’épargne de ces agents économiques, mais par les dépôts sur leurs comptes provenant des crédits octroyés par les banques, ou dit autrement l’augmentation des dépôts est en grande partie la conséquence de l’endettement de ces acteurs.

|18| Le ROE, Return on Equity ou « retour sur capitaux propres », mesure la rentabilité des capitaux propres d’une entreprise. Il est calculé en faisant le rapport entre le résultat net et les capitaux propres.

|19| Voir Patrick Saurin, “La « Crise grecque » une crise provoquée par les banques”, http://www.cadtm.org/La-Crise-grecq... consulté le 3 novembre 2016

|20| http://www.credit-agricole.com/modu...
Consulté le 3 novembre 2016

|21| Source : Les Grecs contre l’austérité - Il était une fois la crise de la dette, ouvrage collectif, Éd. Le Temps des Cerises, Paris, novembre 2015, 229 pages.

|22| Voir : http://www.statistics.gr/el/statist...

|23| IMF. (2009). Greece : 2009 Article IV Consultation. IMF Country Report No. 09/244. Retrieved from https://www.imf.org/external/pubs/f...

|24| L’eurosystème ou le Système européen de banques centrales (SEBC) est dirigé par les organes de décision de la Banque centrale européenne (BCE). Afin d’atteindre les objectifs du SEBC et d’accomplir ses missions, la BCE et les banques centrales nationales peuvent : — intervenir sur les marchés de capitaux, soit en achetant et en vendant ferme (au comptant et à terme), soit en prenant et en mettant en pension, soit en prêtant ou en empruntant des créances et des titres négociables, libellés en monnaies communautaires ou non communautaires, ainsi que des métaux précieux ; — effectuer des opérations de crédit avec des établissements de crédit et d’autres intervenants du marché sur la base d’une sûreté appropriée pour les prêts.
Il est interdit à la BCE et aux banques centrales nationales d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres ; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. Mais depuis 2010-2011, via différents programmes, la BCE achète massivement des titres de la dette publique auprès des banques privées ce qui les arrange très bien. Depuis 2015, dans le cadre du quantitative easing (« assouplissement quantitatif »), la BCE a encore augmenté les achats de dettes publiques souveraines auprès des banques.

|25| http://www.europarl.europa.eu/RegDa...)574400_EN.pdf

|26| Selon Christos Laskos et Euclide Tsakalotos, sur les 879.318 entreprises (toutes activités économiques confondues), 844.917 ou 96,1 % du total employaient entre 1 et 4 personnes ! Toujours selon les mêmes auteurs, en 2010, 58,7 % de la main d’œuvre salariée en Grèce travaillaient dans des entreprises de moins de 9 travailleurs, tandis que la moyenne dans l’Union européenne à 15, s’élevait à 41,1%. Source : Christos Laskos & Euclid Tsakalotos, CRUCIBLE of Resistance. Greece, the Eurozone & the World Economic Crisis, Pluto Press, London, 2013, p. 46.

|27| GreekReporter. (2015). Hellenic Postbank Scandal will Cost Greek State About 500 mln Euros. Consulté le 1er février 2016. URL : http://greece.greekreporter.com/2015/10/02/hellenic-postbank-scandal-will-cost-greek-state-about-500-mln-euros/

|28| DW. (2014). Greek bankers embroiled in corruption scandal. Consulté le 1er février 2016. URL : http://www.dw.com/en/greek-bankers-embroiled-in-corruption-scandal/a-17387888

|29| Ekathimerini. (2015). Minister says ATE bank scandal is biggest of its type. Consulté le 1er février 2016. URL : http://www.ekathimerini.com/200923/article/ekathimerini/news/minister-says-ate-bank-scandal-is-biggest-of-its-type

|30| Ibid.

|31| Reuters. (2012). Special Report : How a Greek bank infected Cyprus. Consulté le 1er février 2016. URL : http://uk.reuters.com/article/us-greece-marfin-idUSBRE85C0M920120613

|32| ThePressProject. (2014). George Provopoulos : The most powerful man in Greece a few months ago, now a suspect in a bank probe. Consulté le 1er février 2016. URL : https://www.thepressproject.gr/details_en.php?aid=66331

|33| Ibid.

|34| Reuters. (2012). Op. Cit.

|35| Concernant le système des retraites en Grèce, voir : Michel Husson, « Pourquoi les réformes des retraites ne sont pas soutenables », publié le 28 novembre 2016, http://www.cadtm.org/Pourquoi-les-reformes-des

|36| Le Monde, « Les Grecs se disent »humiliés« par les propos de Christine Lagarde », publié le 27 mai 2012, http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/05/27/lagarde-demande-aux-grecs-de-payer-leurs-impots_1708007_3214.html

|37| Les Money Market Funds (MMF) sont des sociétés financières des États-Unis et d’Europe, très peu ou pas du tout contrôlées ni réglementées car elles n’ont pas de licence bancaire.

|38| Finalement, dans le cadre du mémorandum de mai 2010, la BCE a accepté que les banques grecques puissent continuer à déposer auprès d’elle des titres grecs (à la fois des treasury bills qui sont d’une durée de moins d’un an et des titres souverains supérieurs à un an) afin d’obtenir du crédit qu’elles utilisaient ensuite pour rembourser leurs créanciers privés étrangers qui pouvaient ainsi se mettre totalement à l’abri. Il faut souligner que cette ligne de crédit a joué un rôle très important. La presse financière en a peu parlé.

|39| Le texte de cet encadré est tiré du rapport préliminaire de la Commission pour la vérité sur la dette publique grecque, Rapport préliminaire, juin 2015, chapitre 2, http://www.cadtm.org/Rapport-preliminaire-de-la

|40| Commission européenne (2010). Report on Greek Government Deficit and Debt Statistics. En ligne : http://goo.gl/RxJ1eq, consulté le 12 juin 2015.

|41| Gouvernement grec (2010). Technical Report on the Revision of Hospital Liabilities.

|42| Ministère de la Santé et de la Solidarité Sociale (2010). Communiqué de presse.

|43| En mars 2010, l’institut en charge des statistiques officielle, le Service national des statistiques de la Grèce (NSSG) fut rebaptisé ELSTAT (Autorité hellénique des statistiques).

|44| Voici quelques exemples choisis parmi une pléthore de violations du droit européen : le respect du formalisme réglementaire et la nature des participations de l’État ; le critère de 50 %, en particulier l’exigence du système européen de comptabilité de 1995 ou ESA95 (par. 3.47 et 3.48) sur le subventionnement des produits ; cette violation génère une fausse définition du revenu en tant que coût de production ; le règlement ESA95 (par. 6.04) sur la consommation de capital fixe ; les règlements relatifs aux apports de capitaux ; la définition ESA95 des entreprises commerciales détenues par l’État (souvent considérées comme des entreprises publiques) comme ne relevant pas du secteur des administrations publiques ; l’exigence ESA95 d’une période continue de déficits avant et après le reclassement d’une entité économique.

|45| À noter que le responsable d’ELSTAT Andréas Yioryiou est actuellement jugé sur une accusation de conflit d’intérêt pour avoir cumulé ses fonctions à ELSTAT avec un emploi au FMI d’août à novembre 2010. http://www.topontiki.gr/article/199036/efesi-tis-eisaggelias-kata-tis-athoosis-toy-proin-epikefalis-tis-elstat

|46| Selon la narration dominante, le « sauvetage des Grecs » est à la charge des contribuables de la zone euro ou de tel ou tel pays alors qu’en réalité ce sont les contribuables grecs (et plus précisément ceux d’en bas car c’est eux qui proportionnellement contribuent le plus à l’impôt) qui rembourseront. Les contribuables des autres pays sont garants d’une partie des crédits octroyés à la Grèce.

|47| Yanis Varoufakis, Et les faibles subissent ce qu’ils doivent ? Comment l’Europe de l’austérité menace la stabilité du monde, Éditions Les Liens qui Libèrent, Paris 2016, p. 229-230.

|48| Renaud Vivien, Eva Joly, « En Islande, les responsables du naufrage bancaire n’ont pas pu acheter leur procès », publié le 20 février 2016, http://www.cadtm.org/En-Islande-les-responsables-du

|49| Mayes, D. (2009). Banking crisis resolution policy - different country experiences. Central Bank of Norway.

|50| Pour en savoir plus lire : Eric Toussaint, Bancocratie, Aden, 2014, chapitres 8, 9 et 12. Voir également : Eric Toussaint, « Les banques bluffent en toute légalité », publié le 19 juin 2013, http://www.cadtm.org/Les-banques-bluffent-en-toute

|51| Hellenic Republic Public Debt Bulletin, n° 56, December 2009.

|52| Le 1er janvier 2010, avant que n’éclatent la crise grecque et celle de la zone euro, l’Allemagne devait promettre un taux d’intérêt de 3,4% pour émettre des bons à 10 ans alors que le 23 mai 2012, le taux à 10 ans était passé à 1,4 %.

|53| Bank of Greece, Economic Research Department – Secretariat, Statistics Department – Secretariat, Bulletin of Conjunctural Indicators, Number 124, October 2009. Disponible sur www.bankofgreece.gr

|54| Après que la Commission eut rendu public les documents confidentiels les plus importants, tout a finalement été publié sur internet. Le verbatim : « Minutes of IMF Executive Board Meeting », May 9, 2010 ; le compte-rendu et le relevé de décisions : « Board meeting on Greece’s request for an SBA », Office memorandum, May 10, 2010. Grâce à notre travail d’enquête, ces documents sont devenus entièrement publics.

|55| A l’époque Christine Lagarde était encore ministre dans le gouvernement de Nicolas Sarkozy. C’est au cours de l’année 2011, qu’elle est devenue directrice générale du FMI suite à la démission forcée de Dominique Strauss Kahn.

|56| Voir dans le résumé officiel de la réunion de la direction du FMI du 10 mai 2010, la fin du point 4 page 3, « The Dutch, French, and German chairs conveyed to the Board the commitments of their commercial banks to support Greece and broadly maintain their exposures.” http://gesd.free.fr/imfinter2010.pdf

|57| Voir dans le résumé officiel de la réunion de la direction du FMI du 10 mai 2010, le point 7 page 3 qui indique très clairement que plusieurs membres de la direction du FMI reprochent à la direction générale d’avoir silencieusement changé les règles http://gesd.free.fr/imfinter2010.pdf

|58| D’aileurs J.-C. Trichet a adopté exactement le même comportement à l’égard de l’Irlande six mois plus tard en novembre 2010.

|59| Source « Minutes of IMF Executive Board Meeting », May 9, 2010. Voir l’excellent article de Michel Husson sur toute cette affaire : Michel Husson, Grèce : les « erreurs » du FMI http://www.cadtm.org/Grece-les-erreurs-du-FMI

|60| Carmen M. REINHART et Christoph TREBESCH, “The Pitfalls of External Dependence : Greece, 1829-2015”, Brookings Papers, 2015.

|61| Éric Toussaint, « La Grèce indépendante est née avec une dette odieuse », publié le 12 avril 2016, http://www.cadtm.org/La-Grece-independante-est-nee-avec et « Grèce : La poursuite de l’esclavage pour dette de la fin du 19e siècle à la Seconde Guerre mondiale », publié le 9 mai 2016, http://www.cadtm.org/Grece-La-poursuite-de-l-esclavage

Auteur

2016 12 28 16 eric2Eric Toussaint docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, porte-parole du CADTM international et membre du Conseil scientifique d’ATTAC France. Il est l’auteur des livres Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014 ; Procès d’un homme exemplaire, Éditions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet des livres AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège. Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 par la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015. Suite à sa dissolution annoncée le 12 novembre 2015 par le nouveau président du parlement grec, l’ex-Commission poursuit ses travaux et s’est dotée d’un statut légal d’association sans but lucratif.

scroll back to top